Direction de la police des chemins de fer

La Police des chemins de fer (SPC) est une direction de police spécialisée chargée de la sécurité, la qualité de vie et l'appui policier dans le cadre du transport de personnes et de biens par rail avec l'ambition d'être un partenaire fiable et expert pour :

  • les usagers,
  • les sociétés de transport
  • et les autres services de police ou de sécurité.

La Direction de la Police des chemins de fer remplit cette mission en exerçant les fonctions de police de base sur son terrain spécialisé et en fournissant un appui spécialisé en matière de police des chemins de fer :

  • Accueil : La SPC met à disposition un accueil flexible de qualité dans les gares où cela est souhaité par les autorités et les partenaires. Horaire des accueils (pdf, 21 KB)
  • Intervention : La SPC assure les interventions sur son terrain spécialisé dans un délai raisonnable comme déterminé par les autorités, comme attendu par les partenaires et comme demandé par le citoyen.
  • Assistance policière aux victimes : La SPC assure un traitement humain et de qualité aux victimes sur son terrain spécialisé en collaboration avec ses partenaires et les services spécialisés en la matière.
  • Gestion policière des événements : La SPC participe à la gestion des événements et des situations d'urgence sur son terrain spécialisé.
  • Travail de quartier/secteur : La SPC réalise un travail de quartier/secteur uniquement sur son terrain spécialisé et en collaboration avec le service des agents de quartier de la zone de police concernée.
  • Recherche : La SPC effectue les premières constatations sur son terrain spécialisé et les devoirs d'enquêtes inhérents à la lutte contre la criminalité spécifique qui se développe à cause des opportunités qu'offre ce terrain particulier aux criminels (exemples : pickpockets dans les gares et les trains, vols de métaux, trafic de stupéfiants ou d'êtres humains via les trains, sabotage de trains, etc.) en collaboration avec les services de recherche de la zone de police concernée et/ou de la direction judiciaire déconcentrée concernée.
  • Circulation : La SPC oriente son action vers les infractions commises à hauteurs de passages à niveaux, dans les souterrains, dans les parkings situés aux abords des gares et les infractions graves constatées dans l'exercice de ses autres missions.
  • Contrôle frontière : La SPC est responsable du contrôle frontière des voyageurs partant vers la Grande-Bretagne. Dans ce cadre, elle peut mettre son expertise en matière de documents faux et falsifiés à disposition des partenaires.
  • Appui spécialisé par :
    • Le développement d'un centre de connaissance au profit de toutes les autorités, services de police et partenaires nationaux et internationaux, où cette expertise peut être mise en œuvre facilement et rapidement de manière opérationnelle.
    • Une image et un recueil d'informations administratives et judiciaires en ce qui concerne le terrain spécialisé de la SPC pour diriger son fonctionnement interne et alimenter l'image de sécurité des autorités et des partenaires.
    • La mise à disposition d'une capacité hypothéquée en personnel et en moyens spécialisés, conformément aux directives émises par le ministre de l'Intérieur, au profit des directeurs coordonnateurs administratifs (DirCo) dans le cadre de leurs missions de police administrative.

Histoire et organisation

La création de la Police des chemins de fer remonte au XIXe siècle et à la loi du 25 juillet 1891 déterminant son cadre. Jusqu'à son intégration effective à la gendarmerie, le 1er juin 1999, la Police des chemins de fer était composée de membres de la SNCB bénéficiant de compétences policières limitées territorialement.

SPC

  • L'insigne montre la silhouette du train de l'avenir.
  • Les deux lignes courbes indiquent une volonté de rendre un service de qualité tant aux voyageurs qu'aux sociétés de transport avec lesquels la Police des chemins de fer a une relation privilégiée.
  • L'ensemble, blanc sur fond bleu, exprime le dynamisme de cette unité de terrain de la Police fédérale.
  • Pour qu'il soit clair pour les voyageurs en train qu'il s'agit des membres de la Police des chemins de fer, sur une bande jaune figurent les mots "POLICE DES CHEMINS DE FER - SPOORWEGPOLITIE".
  • Le port de cet insigne est réservé au personnel opérationnel travaillant au sein de la Police des chemins de fer.

Slogan

« Tous ensemble, sur la bonne voie ! »

Dans ce slogan, la référence au rail facilite l'association automatique de la SPC avec la sphère de travail que constituent les chemins de fer. La mémorisation et la reconnaissance de ce slogan se trouvent dès lors facilitées.

Les deux parties de ce slogan renvoient tant à la composante interne qu'externe de l'organisation policière.

Composante interne

Les mots « Tous ensemble » font référence au sentiment d'unité qui caractérise la SPC. Ils renvoient également à l'une de ses valeurs fondamentales : la fierté d'appartenir à la SPC. Ils font aussi référence à la notion de solidarité entre les différents services SPC qui organisent des actions communes (lutte contre les vols de métaux, contre le trafic de drogues, contre la traite des êtres humains, etc.). En outre, ces termes renvoient aux partenariats « internes » policiers (collègues de la police intégrée, du local et du fédéral).

La deuxième partie du slogan « Sur la bonne voie » renvoie à l'engagement de la SPC dans le cadre de l'excellence dans la fonction de police. Celle-ci nous guide et éclaire chacune de nos actions nous amenant à réaliser, de manière qualitative, l'ensemble de nos tâches et fonctions. Le mot « bonne » a été choisi pour évoquer la volonté d'amélioration constante de la qualité de nos actions. Cet effort permanent vers l'excellence est une motivation pour chacun de nos membres.

Le mot « voie » vise, quant à lui, très clairement, le terrain spécialisé sur lequel agit la SPC, qu'il s'agisse du chemin de fer ou du métro.

Composante externe

Les mots « Tous ensemble » expriment le fait que la SPC travaille également en concertation avec ses partenaires externes (la STIB, INFRABEL, la SNCB et les autres sociétés de transport ferroviaire). La SPC offre un service spécialisé et constitue un partenaire fiable sur ce terrain particulier.

Enfin, plus largement, le « citoyen-client » peut aussi être considéré comme un acteur responsable et dès lors incontournable dans cette approche globale de la sécurité.

Nous nous engageons donc tous sur la même voie : celle de l'approche intégrée et intégrale de la sécurité sur le terrain spécialisé de la SPC visant, in fine, à l'amélioration de la tranquillité et de la sécurité publique dans le transport en commun.

Vision

La Police des chemins de fer remplie ces missions avec la volonté de s’adapter à une société changeante dans laquelle de nouveaux phénomènes de sécurité, une évolution constante des problèmes de mobilité et des priorités stratégiques, l'oblige à revoir les structures organisationnelles et les méthodes de travail afin de renforcer la fonction de Police spécialisée. Elle s’adapte de façon flexible au contexte organisationnel et social afin d’apporter une plus-value avec ses partenaires internes et externes dans une collaboration collégiale. Elle cherche constamment à remplir sa mission telle que décrite dans la loi de la fonction de Police, art. 16quater.

La direction de la Police des chemins de fer veut offrir un cadre stratégique clair pour sa collaboration avec ces partenaires mais également un exercice de qualité sur ces missions de Police sur son terrain d’action spécialisé.
Ceci est essentiel afin d’éliminer ou de prévenir l'instabilité, les incertitudes et la méfiance sur la base de l'égalité des chances et de l'égalité du traitement en impliquant tous les employés dans des processus de travail dans lesquels les collègues se font confiance, s'inspirent, se renforcent mutuellement et faire ainsi connaitre la vision politique de la Police des chemins de fer.

La concertation, les analyses communes des situations, ainsi que des briefings et débriefings doivent servir à obtenir une description claire du processus de description afin d’éviter le risque de ne pas obtenir un objectif à son maximum. Le processus de description doit pouvoir mener au respect des accords, à la réalisation des missions policières de qualités, favoriser et encourager un comportement professionnel intègre.

Exécuter une mission de qualité ne signifie pas forcément que les résultats effectifs sont réalisés. De bons résultats peuvent être atteints en adoptant une attitude professionnelle susceptible de répondre aux valeurs démocratique Belges. Comme définie dans l’article 1 de la loi sur la fonction de Police et le code déontologique des services de Polices Belges, il faut respecter les droits des personnes ainsi que les valeurs de la Police fédérale et en particulier ceux de la Police des chemins de fer. Cela s’applique aussi bien en matière de service vers le citoyen/voyageur qu’envers la relation entre collègues.

Cela implique que l’on attend de tous nos collaborateurs, dépendant de leur statut ou de leur grade, qu’ils se comportent de manière professionnelle et qu’ils s’engagent dans leur mission au sein de la Police des chemins de fer. L’exigence professionnelle implique pleinement un comportement intègre qui reflète le respect et la loyauté.

Le terrain de travail spécialisé de la Police des chemins de fer est un domaine de travail difficile (parfois sous-terrain, parfois à hauteur difficile, avec un grand nombre de voyageurs, sur un terrain parfois instable et changeant, en contact direct avec le voyageur/citoyen, dans un environnement de transport où il y’a eu des attaques ou des tentatives d’attaques, avec un grand nombre d’étrangers illégaux, sans-abri,…)  C’est exactement pour une Police démocratique d’une importance fondamentale que le comportement intègre et le respect pour les lois et les valeurs sont soutenus et ceci dans toutes les situations possibles. Cependant au moment où il y’a un grand manque de personnel (voir supra) il faut veiller à ce que les missions soient immédiatement bien exécutées.

Un comportement intègre augmente la qualité des missions prioritaires et par conséquent aussi la confiance du citoyen dans la Police. Gérer l’intégrité veut également dire que la hiérarchie applique elle aussi explicitement ces valeurs mais que l’on soutient également chaque collaborateur à les appliquer tous les jours sur leur terrain de travail policier. Dans un contexte policier qui peut par moment être assez stressant, il est essentiel de gérer ces valeurs de façon proactive et d’accompagner les collaborateurs à une attitude professionnelle. Ceci afin de conserver la dignité de la fonction de Police mais également afin de prendre les bonnes décisions pour assurer la première tâche policière qui est la qualité du maintien de l’ordre. De cette façon si l’on s’investi activement dans l’intégrité cela est un signe de confiance par rapport aux collaborateurs responsables et cela envoie un message explicite que les collaborateurs sur le terrain ne sont pas seulement présents mais qu’ils apportent conseil et assistance.

Pour ce faire nous voulons nous investir activement à l’accompagnement des collaborateurs sur base :

Pour ce faire nous voulons nous investir activement à l’accompagnement des collaborateurs sur base :

  • d’un traitement équivalent pour tous ;
  • de directives, règles et procédures claires ;
  • de briefing et débriefing sur les missions policières et de soutiens ;
  • dans lesquels nous n’y retrouvons pas uniquement l’accomplissement de la tâche mais également un élément essentiel qui est le soutien moral ;
  • où nous accompagnons nos collaborateurs à intégrer la concrétisation du respect des valeurs lors des cycles d’évaluations ;
  • où nous interpellons les collaborateurs sur leur comportement transfrontalier et ainsi pouvoir les corriger par leur hiérarchie.

Valeurs

Pour pouvoir exercer ces missions de manière professionnelle, la Police des chemins de fer conserve les valeurs ci-dessous, aussi bien pour effectuer ces missions opérationnelles que pour la réalisation de processus de soutien (PLIF).

Intégrité

L'intégrité consiste à agir conformément aux valeurs courantes, aux normes et aux règles. Cela signifie que la notion d’intégrité renvoi évidemment sur le fait qu’il ne faut pas s’engager dans des activités illégales. Ce comportement illégal est souvent le résultat d’une évolution qui nous conduit à dépasser progressivement des barrières. Il existe en effet une zone grise dans laquelle certains comportements ne font pas l’objet d’une infraction mais qui sont quand même considérés comme non adéquats.
L’intégrité n’est pas plus que respecter activement et faire respecter les normes et les règles. Dans la pratique journalière, nous devons, en fonction de la situation, faire un choix entre respecter tel valeur plus qu’une autre.

Faire preuve d’intégrité demande également un leadership éthique. Cela laisse supposer que le management ne doit pas seulement être efficient mais également moral. La hiérarchie doit en d’autres mots, jouer un rôle actif et visible dans la réalisation de la stratégie alors qu’il/elle s’inscrit dans une société évolutive. La hiérarchie doit se comportement de façon à être le modèle à suivre en collaboration avec les attentes de l’organisation.

Cela signifie que lorsqu’ils doivent prendre une décision ils doivent tenir compte des valeurs organisationnelles et être impartial. De cette façon ils incitent les autres membres à accomplir leurs taches de manière exemplaire et de respecter les règles et les attentes. Agir avec intégrité est donc une responsabilité partagée : la hiérarchie ne doit pas simplement se comporter de la bonne manière mais elle doit également faire en sorte que les autres se tiennent aux règles. Le respect des principes, de confiance et sincérité est donc primordial.

Respect

Le respect implique que chaque individu, quel que soit son grade ou sa fonction, soit respecté et qu’il respecte également, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de son organisation. Les relations humaines empreintes de respect exigent une grande écoute et il alors nécessaire de rester impartial. Montrer le respect signifie plus que d’accepter les opinions de chacun. Cela signifie que l’on accepte et que l’on reconnait la différence de chacun. Dans cette optique un comportement respectueux est la base importante pour le bien-être et l’intégrité au travail. 
Les collaborateurs adoptent une attitude ouverte envers les autres, envers leur façon d’être, leurs idées et leur manière de fonctionner. Ils visent à créer un environnement de travail dans lequel on peut communiquer de façon constructive : 
Avoir du respect signifie pouvoir accepter la critique et être ouvert aux remarques et aux autres opinions. Grace à la création d’une ambiance positive, il peut y avoir une discussion respectueuse, ainsi éviter les conflits entre collègues et favoriser la collaboration entre les membres. Cela implique qu’il faut écouter lorsqu’un collègue nous parle et qu’il faut tenir compte du bien-être de ses collègues. Une relation durable et respectueuse peut ainsi être construite entre les collaborateurs les qualités peuvent ainsi être reconnues et chaque implication peut être valorisée.

Le respect signifie que chaque individu est attentif à ces propres besoins. La Police des chemins de fer est une organisation qui est constitué de personnes qui sont au service des autres. Chaque collaborateur doit prendre conscience de ces besoins et faire en sorte que son comportement représente l’organisation au quotidien. Le port correct et complet de l’uniforme en fait partie tout comme le respect des fournitures mise à disposition par l’organisation pour les collaborateurs. A la Police des chemins de fer nous sommes attentifs au droit de l’homme avec toutes les personnes avec qui nous sommes en contact. Nous respectons les autres comme nous voulons être respectés.

Ouverture d'esprit

Avoir une ouverture d’esprit signifie être ouvert aux nouveautés et aux changements. En rapport avec ceci, il est attendu de chaque collaborateur pendant toute leur carrière de prendre activement leur propre évolution en main en restant ouvert au développement continu. Les collaborateurs qui ont une ouverture d’esprit, partagent spontanément leurs connaissances, leurs points de vue, leurs méthodes de travail et les changements avec leurs collègues. A partir du moment où ils sont eux-mêmes un exemple, ils accompagnent et soutiennent les autres dans leur évolution et ils donnent un feedback de manière respectueuse.
Avoir un esprit ouvert implique en effet que l’on veille soit même à apprendre d’avantage et que l’on se développe continuellement. Il faut également réfléchir de façon innovante à la perspective d’avoir une Police qui est axée vers le client dans une société très diversifiée et qui change continuellement. Cela signifie qu’il faut être disposé à tenir compte des nouvelles compétences et ainsi répondre aux attentes qui évoluent sans cesse. Un esprit ouvert ne signifie pas qu’il faut se laisser influencer par les connaissances ou les expériences du passées. Il faut rester ouvert de façon tolérante, à de nouvelles idées, expériences, théories, personnes et styles de vie.

Il s’agit également de gérer la diversité, avoir du respect pour l’égalité des chances, exclure toute forme de discrimination et fournir un comportement neutre. Cela signifie également que les collaborateurs doivent être engagés et accompagnés durant leur carrière en fonction de leur compétence et de leur talent.

Flexibilité

La flexibilité renvoie sur la disposition à adapter ses propres attitudes et plans aux circonstances changeantes sur le terrain de travail. Aussi bien la hiérarchie que les collaborateurs ont un rôle à jouer, cela signifie par exemple que les nouvelles directives mises en place, soient appliquées de façon à ce que le personnel ait le moins d’inconfort possible.

La flexibilité concerne aussi l’organisation globale et elle se rapporte à la capacité dont la Police des chemins de fer dispose afin de réagir sur les changements de la société et de son environnement. A cet égard, la flexibilité est reliée avec la façon dont l’organisation gère la créativité et les nouvelles idées.

Cela implique que les collaborateurs puissent oser suivre un nouveau cadre de fonctionnement et procéder aux adaptations des procédures fixées et des avantages de travail.

Esprit de service

Avoir l’esprit de service est l’essence même du travail de la Police. Chaque membre de la Police des chemins de fer est au service des citoyens et de la vie en communauté et il/elle doit se montrer visible à l’égard de ses partenaires et de ses collègues. Il est attendu de nos collaborateurs qu’ils soient impliqués et notamment dans la qualité de leur travail. L’implication et la persévérance sont des caractéristiques primordiales. Ainsi que le sens du service, le fait d’être orienté résultats et d’être responsable.

Les collaborateurs place leurs « clients » internes et externes au centre de leur service en les soutenant de manière transparente et constructive.

Avoir l’esprit de service signifie qu’il faut se centrer sur l’importance de l’organisation et soutenir les autres afin de réaliser les priorités définies.

Fierté

La fierté comporte des caractéristiques positives tel que la dignité et l’honneur mais elle ne peut jamais être mal placée ou encore tournée vers la prétention ou l’arrogance. Les collaborateurs sont fiers de faire partie de la Police des chemins de fer et de façon solidaire, ils contribuent loyalement à la réalisation de leurs missions. Ils sont fiers de promouvoir la vision de la Police des chemins de fer, même en cas de difficultés, ils font tout ce qu’ils peuvent afin d’effectuer leurs tâches avec dignité suivant les visions et les valeurs de la Police des chemins de fer.

Qualité

La Police des chemins de fer fournit un travail policier de qualité en ayant pleine conscience de son impact sur la mobilité tout en sachant que son intervention peut avoir un impact sur la vie quotidienne de tout le monde. Nous ne nous efforçons pas seulement à effectuer nos devoirs mais on nous veillons constamment à agir de la meilleure manière possible. Cela implique une vigilance et un engagement à rechercher ensemble de meilleures procédures de travail ainsi que de nouvelles méthodes. Nous apprécions également que les autres nous apprennent d’avantage et nous corrige.

Collégialité

Dans la Police des chemins de fer il est important de bien travailler ensemble, de s’échanger les informations et les expertises ainsi que de se soutenir mutuellement dans les bonnes ou les mauvaises circonstances.

Structure et personnel

Pour l'heure, la Police des chemins de fer se compose d'un effectif théorique de 591 personnes dont 558 policiers et 33 membres du personnel civil.

Tout comme la Police aéronautique, la Police de la navigation et la Police de la route, la Police des chemins de fer est une des quatres entités de terrain de la Direction générale de la police administrative de la Police fédérale (DGA).

La structure actuelle comporte deux niveaux : la direction et 11 services

  • Au niveau central, la direction détermine la stratégie et assure la coordination.
  • Sur le terrain, les activités sont effectuées au niveau supralocal et local par onze services répartis dans tout le pays.
  • Le service de Bruxelles assure la direction et la coordination des 4 divisions spécifiques.

Remarque: dans le tableau ci-dessus, la quantité de personnel de chaque service est indiqué entre parenthèses.

Terrain d'action

Répartition générale des tâches entre Police locale et Police des chemins de fer (SPC)

Les dispositions générales légales ont été complétées par la circulaire ministérielle du 15 avril 2002 relative aux responsabilités des autorités administratives et à la répartition des tâches entre les services de police en ce qui concerne la sécurité des voies de chemins de fer.

Brièvement, nous pouvons résumer le point 5 de cette circulaire en disant que :

  • la police locale est responsable des gares et de ses environs ainsi que des quais pour les phénomènes locaux;
  • police fédérale est responsable dans les trains, sur les voies et les quais pour les phénomènes supra locaux.

Par phénomènes supra locaux, on entend tout événement qui aurait un impact sur la MOBILITE des trains et en particulier sur le transport des voyageurs ou qui ferait partie d'une problématique criminelle ou administrative qui est gérée d'une façon supra locale ou fédérale.

Circulaire ministérielle concernant la responsabilité des autorités administratives et la répartition des tâches entre les services de police en matière de sécurité dans les chemins de fer (15-04-2002)

Le terrain d'action de la Police des chemins de fer en chiffres

  • 3 592 km de ligne ferroviaire dont 85% électrifiées
  • 40 Km de métro et lignes de pré-métro
  • 1 848 passages à niveau
  • 550 gares et arrêts ouverts à la circulation et 69 stations de métro
  • 209 cabines de signalisation
  • 633 700 voyageurs en train par jour
  • 362 740 voyageurs en métro par jour

Les 10 gares où la police des chemins de fer apporte un soutien particulier

Le Ministre se réserve le droit de désigner des gares où la police des chemins de fer interviendra de manière subsidiaire en portant assistance à la police locale.

La note numéro 16324 du 15 avril 2002 adressée à la commissaire générale de la police fédérale, détermine que ce soutien sera effectivement donné dans dix gares : Brugge, Gent, Antwerpen, Leuven, Bruxelles-Nord, Bruxelles-Midi, Mons, Charleroi, Namur et Liège. Ce soutien est précisé sous forme de protocoles.

Protocole d'accord du 9 avril 2012 pour une sécurité renforcée dans le transport public à Bruxelles (9-04-2012)

En accord avec le chef de corps de la zone de police Bruxelles-Capitale Ixelles, les arrêts Bruxelles-Congrès et Bruxelles-Chapelle sont également repris car ils font partie de la jonction ferroviaire stratégique Nord-Sud de Bruxelles.

Quelques services particuliers de la SPC BRUXELLES

Le Carrefour Local d'Information (CLIK)

Il a été créé fin 2011 et a pour vocation d'apporter un appui interne et externe aux autres divisions dans différents domaines tels que le suivi du traitement des apostilles (requêtes des magistrats), les enquêtes policières d'office (dossiers EPO) ou l'analyse criminelle stratégique (suivi des phénomènes).

Le Centre de commandement opérationnel (RAMCO)

RAMCO a été créé en 2005 en vue d'accroître la sécurité des usagers du transport en commun bruxellois. Des milliers caméras ont été installées dans le métro de Bruxelles et dans le domaine ferroviaire. Le centre de commandement est équipé d'écrans grâce auxquels les opérateurs peuvent patrouiller virtuellement dans toutes les stations et dans toutes les gares, le cas échéant, y envoyer des équipes d'intervention.

Toutes les images de ces caméras peuvent être exploitées à posteriori. De cette manière, les chances de filmer un incident s'élèvent jusqu'à environ 70%. Ces images peuvent servir de preuves ou de "vidéothérapie" pour les jeunes auteurs de délits lorsqu'ils y sont confrontés en compagnie de leurs parents.

Les nouvelles applications et possibilités techniques du centre de commandement et l'expertise qui en résulte sont également à la disposition des autres services de police.

Le Team HESTIA

Pour les personnes sans domicile fixe ou en errance dans les gares ferroviaires et de métro de Bruxelles, la SPC a créé une équipe spécifique composée de 5 policiers. Cette équipe s'appelle HESTIA dont le nom provient d'une divinité grecque qui représente le symbole du foyer et du feu sacré.

Cette mission exige une approche intégrale et intégrée. Certainement pendant la période d'hiver ou beaucoup de gens sans domicile fixe cherchent un abri dans les gares. C'est pourquoi, l'équipe travaille en collaboration avec différents instances sociales (comme le CPAS, MARAUDE, CASU, THERMO, l'administration communale), les services de police (comme les zones de police locales, les services de police d'autres pays, etc.) et la SNCB.

Le Team HESTIA effectue des patrouilles sur le terrain, prend contact, recherche les personnes en errance et les sans abri dans les gares ferroviaires et de métro et assure une permanence dans la gare de Bruxelles Nord, ou ce public-cible peut bénéficier d'un service adapté (par ex. : la délivrance d'un document en cas de perte ou de vol d'une carte d'identité, le suivi de signalements, aider a rédiger un CV lorsque la personne cherche du travail, etc.).

Le Team HESTIA fournit un travail remarquable qui est réalisé en collaboration avec de nombreux services d'aide aux moins bien lotis.

Collaboration internationale : RAILPOL

RAILPOL est une organisation qui a été fondée pour que les services de police ferroviaires européens puissent travailler ensemble. Le but recherché était simple : chacun doit se connaître, chacun doit apporter son expérience et dans le futur établir une collaboration opérationnelle.

Tout a commencé avec la Hollande, la Belgique, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la France qui de temps en temps se rencontraient. Peu à peu, l'organisation s'agrandit et s'inscrivit au sein de l' Union Européenne. Depuis 2007, elle est officiellement reconnue et subsidiée.

Actuellement, RAILPOL compte 17 membres et plusieurs candidats membres comme observateurs. A terme le but est que chaque service de police ferroviaire des états membres de l'Union Européenne en fasse partie.

RAILPOL a déjà réalisé un certain nombre d'initiatives :

  • Des groupes de travail qui vont collaborer autour de différents thèmes et pour une bonne diffusion de l'information.
  • Différentes grandes opérations ont déjà été préparées comme la coupe européenne, le Mondial de foot, le Top de l'OTAN, la visite du Président Obama, etc.
  • Un website est en construction avec d'une part des informations générales et d'autre part (dans le futur) un accès limité au website avec davantage d'informations policières.
  • Un réseau avec des personnes de contact qui diffuseront rapidement les informations et qui décideront rapidement des moyens à mettre en oeuvre pour réagir ensemble (par exemple contre le terrorisme).
  • Différentes opérations communes sont déjà organisées dans toutes l'Europe tels que : vol de métaux, perturbations et trafic des êtres humains.

Voir aussi : www.railpol.eu et la vidéo sur la 32ème Conférence RAILPOL organisée en novembre 2014 à Bruxelles.

Coordonnées

La Police des chemins de fer est active sur tout le territoire belge. Elle est répartie en 11 postes et une direction.

Voir la liste des gares et des stations de métro (xls, 34 KB)

 

La Police des chemins de fer dans la presse

Date

Titre

2015-05-17 Action intégrée de contrôle sur le réseau métro et ferroviaire dans la zone du canal à Bruxelles

2014-11-21

La police fédérale des chemins de fer poursuit la lutte contre les vols de câbles

2014-10-06

La police arrête 4 voleurs de cuivre à Merksem

2014-09-17

La police des chemins de fer envoie un team 'vols à la tire' à l'Oktoberfest de Munich

2014-02-14

Semaine d'action : Traverser les voies, c'est très dangereux !

2014-01-20

Diminution importante du nombre de vols de câbles en 2013