Direction de la police des chemins de fer

La Police des Chemins de Fer (SPC) est un service spécialisé de la Police Fédérale ayant comme terrain d’action prioritaire les trains, les voies ferrées, les quais des gares ou points d’arrêt, ainsi que le réseau des stations de métro et pré-métro.

La SPC prend en charge les phénomènes liés à la mobilité des trains et des métros et au transport de voyageurs.
La création de la Police des Chemins de Fer remonte à la loi du 25 juillet 1891 déterminant son cadre.

 

Missions et terrain d’action

Missions de police spécialisée

 La Police des Chemins de Fer exécute des missions de police spécialisée : 

  • L’intervention : il s’agit de missions prioritaires car les interventions ont un impact direct et important sur le trafic ferroviaire. 
  • La lutte contre les incivilités :  celles-ci sont génératrices du sentiment d’insécurité. 
  • Les Roller Coaster : lutter contre des phénomènes se déroulant sur une ligne qui traverse une ou plusieurs entités de la SPC et impliquent donc différents services. 
  • Les actions (inter)nationales en collaboration avec des partenaires tant internes qu’externes (Police Locale, directeurs coordonnateurs, Infrabel, Securail, STIB) en vue de lutter contre un phénomène particulier comme le trespassing ou les vols de câbles.

 

Lutte contre les phénomènes d’insécurité

La lutte contre les phénomènes d’insécurité représente une des priorités de la Police des Chemins de Fer. Parmi les phénomènes présents sur le terrain d’action de la SPC, citons les phénomènes judiciaires et événements administratifs suivants : 

  • vols à la tire ;
  • vols avec violence ;
  • armes (détention, port, …) ;
  • dégradations ;
  • encadrement de grands événements entraînant le déplacement de nombreux voyageurs par train ou métro (concerts, manifestations, matches de football importants, …).

SPC

Contrôle aux frontières 

La gare de Bruxelles-Midi présente une spécificité unique en Belgique : son terminal Eurostar en fait une frontière Schengen. Elle dispose donc d’un poste de contrôle aux frontières occupé par des policiers spécialement formés. Pour les trains internationaux (TGV, THALYS, ICE), la gare de Bruxelles-Midi dispose également, comme les gares d’Anvers et de Liège, d’un dispositif de contrôle aux rayons X et de détecteurs de métaux pour contrôler les voyageurs et leurs bagages. 

 

Fonctionnement

Composition

La Police des Chemins de Fer fait partie des 10 directions qui composent la Direction générale de la police administrative de la Police Fédérale (DGA).

Le personnel de la Police des Chemins de Fer est réparti en six entités : 

  • Direction SPC 
  • SPC Bruxelles 
  • SPC Région Nord (Anvers, Brabant flamand, Limbourg) 
  • SPC Région Sud (Charleroi, Mons) 
  • SPC Région Est (Liège, Luxembourg, Namur) 
  • SPC Région Ouest (Flandre orientale et occidentale) 

 

Des partenariats

Des partenariats sont mis en place et développés tant en interne (Police Fédérale et Police Locale) qu’en externe (Securail, Infrabel, Société des Transports intercommunaux de Bruxelles, Société nationale des Chemins de fer belges...).

En ce qui concerne les voies ferrées, Infrabel  est chargée de la sécurité technique telle que la signalisation, les aiguillages, les voies elles-mêmes,... La Société nationale des Chemins de fer belges (SNCB)  utilise l’infrastructure d’Infrabel, tout comme d’autres opérateurs internationaux. La SNCB est responsable de son propre matériel roulant et de tous les bâtiments. Elle dispose de son propre service de sécurité CSS (corporate security services), mieux connu sous le nom de Securail.

À Bruxelles, la Société des Transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) constitue un partenaire important en ce qui concerne le métro. Elle aussi dispose de son propre service de sécurité. La SPC et la STIB travaillent en étroite collaboration lors de grands événements afin de garantir la fluidité et la sécurité du trafic des voyageurs. Étant donné que la plupart des grandes stations de métro bruxelloises sont aussi associées à une gare ferroviaire, ces services collaborent très souvent dans le cadre de la gestion négociée de l’espace public.

STIB

À l’international aussi

L’organisation Railpol  a été créée pour rassembler les services européens de police des chemins de fer. Actuellement, elle compte 17 membres officiels et quelques candidats-membres en tant qu’observateurs. À terme, l’objectif est que tous les services de police des chemins de fer de l’ensemble des états membres européens en fassent partie. 

Railpol

RAILPOL est déjà à l’origine de nombreuses réalisations. Plusieurs grandes opérations ont été préparées par Railpol, comme les championnats européens et mondiaux de football, les sommets de l’OTAN, la visite du Président Obama, etc. Différentes actions communes menées à travers toute l’Europe et axées sur les vols de métaux, les incivilités et la traite des êtres humains ont aussi été organisées. Le site Internet de Railpol vous permet d’en apprendre davantage : https://www.railpol.eu/site/home

 

Profil et compétences

Une fois la formation de base accomplie au sein d’une école de police, le candidat est en mesure de postuler à la Police des Chemins de Fer. Aucun autre prérequis n’est demandé. Dès son entrée en service, le nouveau membre du personnel de la SPC suivra une formation spécialisée le préparant aux spécificités de son nouveau cadre de travail.

Néanmoins, plusieurs valeurs sont réclamées pour pouvoir rejoindre la Police des Chemins de Fer:

  • L’esprit de service : il constitue l’essence même du travail policier. En ce sens, chaque membre de la Police des Chemins de Fer est au service du citoyen et de la société et doit se montrer serviable à l’égard de ses partenaires et de ses collègues. L’implication et la persévérance sont des caractéristiques élémentaires de collaborateurs ayant un esprit de service, tout comme le fait d’être orienté résultats et d’avoir le sens des responsabilités.
  • Le professionnalisme/la qualité du travail : la Police des Chemins de Fer fournit un travail policier de qualité en ayant pleine conscience de son impact sur la mobilité, en sachant que son intervention peut influencer la vie quotidienne de tout un chacun. Il s’agit de bien exécuter les tâches en permanence.
  • L’intégrité : elle consiste à agir conformément aux valeurs, aux normes et aux règles en vigueur. La notion d’intégrité renvoie au fait qu’il ne faut jamais adopter des comportements illégaux.  Promouvoir une attitude intègre et le respect des lois et des valeurs est fondamental pour une police démocratique. Un comportement intègre augmente la qualité des missions et la confiance du citoyen en la police. 
  • Le respect : chaque individu, peu importe son grade ou sa fonction, doit être respecté et faire preuve de respect lui-même, au sein-même de l’organisation et en dehors de celle-ci. Un comportement respectueux représente un fondement important pour le bien-être et l’intégrité au travail. 
  • L’ouverture d’esprit : avoir une ouverture d’esprit signifie être ouvert aux nouveautés et aux changements. Il est attendu de chaque collaborateur pendant toute sa carrière qu’il prenne en mains sa propre évolution en restant ouvert au développement continu.
  • La flexibilité : elle renvoie à la disposition à adapter ses propres attitudes et plans aux circonstances changeantes sur le lieu de travail.  
  • La fierté : elle sous-entend des caractéristiques positives telles que la dignité et l’honneur. Elle ne peut jamais être mal placée ou tournée vers la prétention ou l’arrogance.  Les collaborateurs sont fiers de faire partie de la Police des Chemins de Fer et contribuent de manière solidaire et avec loyauté à la réalisation des missions. 
  • La collégialité : il est important de bien travailler ensemble, de s’échanger les informations et les expertises et de s’engager à se soutenir mutuellement de manière loyale, dans de bonnes circonstances comme dans des circonstances plus difficiles. 

De bons résultats ne peuvent être atteints qu’en adoptant une attitude professionnelle répondant aux valeurs démocratiques belges. Comme défini entre autres à l’article 1er de la loi sur la fonction de police ainsi que dans le Code de déontologie des services de police belges, les droits de l’homme ainsi que les valeurs de la Police Fédérale doivent être respectés. Ce principe s’applique aussi bien en matière de service envers le citoyen/voyageur que dans les relations entre collègues. 

SPC

 

En savoir plus...

Clips et matériel audiovisuel

No Comment : Police des chemins de fer/Spoorwegpolitie - Brussels Central Station

Le S de RESPECT est mis en avant, pour ‘Security’ (sécurité)