Une passion pour la police, de père en fils

Jean-Louis et Valentin font partie d’une même famille. Celle de la police évidemment, mais pas seulement… Ils portent aussi le même patronyme. Père et fils évoluent, qui plus est, tous les deux à la Police Aéronautique. L’un à Bierset, l’autre à Gosselies. Ils se confient à l’occasion de la journée internationale des familles.  

Journée des familles

Dans la famille Molle, je demande le père… et le fils. Jean-Louis, 61 ans, est premier inspecteur principal à Bierset et Valentin, 30 ans, inspecteur à Gosselies. Tous les deux sont membres de la Direction générale de la police administrative (DGA) et plus exactement de la Police Aéronautique (LPA).  

Pour reprendre une expression connue, on peut dire que Valentin Molle est « tombé dedans quand il était petit ». Enfant déjà, la police faisait partie de sa vie. « Je racontais souvent à mes enfants ce que je faisais au boulot. Aussi, j’étais apparu dans les médias comme « carolo de l’année » suite à plusieurs missions maître-chien pisteur et j’avais emmené Valentin lors de réunions de brigades, ainsi qu’à la base aérienne de Florennes pour une simulation de vol d’un F16 », se souvient Jean-Louis.  

C’est ainsi qu’à 19 ans, Valentin intègre tout d’abord l’armée. Lui qui est né un 21 juillet (ça ne s’invente pas !) avait quelques prédispositions à consacrer sa carrière à la sécurité du pays. « J’ai rejoint la ‘’Force Protection’’ à Florennes, où je me suis notamment rendu en mission en Jordanie, au Mali et ensuite, j’ai été déployé à l’aéroport de Charleroi au moment des attentats. C’est à ce moment-là que j’ai repensé à postuler à la police… », nous confie-t-il. En effet, la police, il en rêvait déjà à 18 ans. « Au fond de moi, j’y ai toujours pensé mais j’ai été recalé lors des premiers tests, en sortant des études secondaires, sans doute pour un petit manque de maturité. Mais après 8 années passées à l’armée, j’ai décidé de repostuler et j’ai effectué mes premiers pas à la LPA en décembre 2021. » Son quotidien ? Participer au contrôle des passagers et à la sécurité aux postes frontières de l’aéroport. Encore une similitude avec son paternel… « J’aime beaucoup le contexte international, le contact avec la population, même si cela me plairait d’être encore davantage mobilisé sur le terrain. » 

 

Bien faire et avec passion 

Jean-Louis, pour sa part, évolue à la LPA Bierset depuis bientôt 12 ans. « Après avoir commencé comme cavalier en 1981, puis exercé comme maître-chien pisteur, j’ai rejoint la Police Aéronautique où je me charge du contrôle frontière, offre un appui spécialisé, notamment aux zones de police, et effectue des missions de police de base. Je suis également mis à disposition pour certaines missions à l’étranger. » Des tâches qu’il exerce avec beaucoup d’humanité et d’humilité. « J’effectue mon travail avec passion et la volonté de toujours bien faire. Des qualités transmises à mes deux enfants. La plus âgée n’a cependant pas choisi de faire carrière à la police. Elle n’a peut-être pas la même passion, mais je suis tout autant fier d’elle. » 

Quant à Valentin, il n’a pas encore d’enfant mais rejoint son papa dans l’analyse. « Être policier n’est pas facile tous les jours et cela peut être dur moralement. Il faut choisir ce métier par passion. Si j’ai un enfant, je le laisserai décider seul, tout en restant présent pour lui, à l’image de mon papa », conclut-il.  

 

Étiquettes