Nombre record d’infractions de vitesse constatées en 2021

Les statistiques nationales de circulation pour l’année 2021 sont en ligne. Il s’agit des chiffres relatifs à toutes les infractions routières constatées, classées par catégorie (vitesse, alcool, etc.). Le plus frappant est le nombre d’infractions liées à la vitesse, qui est marqué par une croissance de 14,75 % par rapport à 2020. Par ailleurs, davantage de conducteurs ont été contrôlés sous l’influence de stupéfiants et un plus grand nombre de procès-verbaux a été dressé pour l’usage du GSM au volant. La police appelle les citoyens à respecter encore davantage le code de la route.

Infractions routières par type

Les statistiques de circulation (http://www.statistiquescirculation.policefederale.be/) montrent l’évolution du nombre d’infractions routières constatées par type d’infraction au fil des ans. Nous relevons quelques chiffres notables pour l’année 2021.

  •     Vitesse

En 2021, 4 659 808 excès de vitesse ont été constatés, soit le nombre le plus élevé jamais enregistré. La tendance à la hausse de 14,75 % (+ 599 072 constats) par rapport à l’année précédente s’explique principalement par l’augmentation du nombre de nouveaux appareils de contrôle (notamment des radars tronçons), ainsi que par les effectifs croissants dans les centres régionaux de traitement des enregistrements des caméras de surveillance de la Police Fédérale, auxquels toujours plus de zones de police locales font appel.
 

  •     Alcool

En 2021, 35 724 procès-verbaux ont été établis pour conduite sous l’influence de l’alcool. Ce chiffre est certes plus élevé qu’en 2020 (31 119), mais inférieur à celui de 2019 (51 891, soit -31,15 %). Le faible nombre d’infractions constatées liées à l’alcool en 2020 et 2021 est principalement dû, d’abord, aux confinements successifs, aux couvre-feux et aux heures de fermeture obligatoires, ensuite, à l’annulation de campagnes de contrôle de grande envergure (en raison des mesures Covid, l’utilisation de samplers était déconseillée, un nombre limité de personnes était autorisé par groupe, il fallait tenir ses distances, etc.).
 

  •     Stupéfiants

En 2021, 13 185 procès-verbaux ont été dressés pour conduite sous l’influence de stupéfiants, soit une augmentation par rapport à 2020 (10 922) et à 2019 (9 742). Malgré deux années marquées par la crise sanitaire (!), cette augmentation peut être due (en partie) à la simplification des dépistages (analyse salivaire plutôt que prélèvement sanguin) et à l’imposition plus systématique par les parquets du test salivaire lors d’un accident.
 

  •     GSM au volant

En 2021, le nombre de constats (114 739) de l’usage du GSM au volant a légèrement augmenté de 6,2 % par rapport à 2020 (108 002). Les parquets et les services de police accordent une attention toujours plus accrue à cette forme de distraction au volant.

 
Nombre total d’infractions à la hausse
 
Le nombre total d’infractions routières constatées en 2021 (6 063 010) a progressé de 13,17 % par rapport à 2020 (5 357 224), et de 15,30 % par rapport à 2019. La plus forte tendance à la hausse revient surtout à la catégorie ‘vitesse’, qui enregistre le plus de constats (4 659 808 en 2021), avec +14,75 % par rapport à l’année précédente.
 
2021 est une triste année record en matière d’infractions routières.
 
Koen Ricour, directeur de la Police Fédérale de la Route : « Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 2021 est marquée par une augmentation du nombre d’infractions constatées sur les routes et autoroutes du pays. Il est évident que cette hausse s’explique, entre autres, par l’évolution des moyens permettant de traiter ces infractions. Il est à noter que cette évolution va se poursuivre, voire se durcir dans le futur. Il doit être parfaitement clair dans l’esprit de chacun que la sécurité routière est l’affaire de tous et qu’il appartient à chacun de prendre ses responsabilités. En tant que forces de l’ordre, nous prenons les nôtres et agissons pour garantir la sécurité routière. Le conducteur belge a toujours une marge de progression considérable en matière de respect du code de la route et je l’invite vivement à se pencher sérieusement sur la question. »
 
Nicholas Paelinck, président de la CPPL et chef de corps de la ZP Westkust : « La circulation, la mobilité et la sécurité routière sont des missions de base importantes pour les zones de la Police Locale. Chacune des 184 zones décline les priorités qui sont propres à son territoire de façon adaptée aux contraintes et réalités spécifiques. La Commission permanente de la Police Locale soutient le souhait des zones de police de s’engager dans une politique de contrôles qualitatifs et holistiques. L'objectif est de rappeler notre présence, d'encourager les comportements positifs et de sanctionner ceux qui ne les respectent pas. Parce que "boire ou conduire, il faut choisir", mais il faut également faire le choix de conduire en respectant l’ensemble des mesures de sécurité pour une attitude responsable au volant. »
 
Plan national de sécurité

La sécurité routière constitue l’un des 15 phénomènes de sécurité prioritaires inscrits dans le Plan national de sécurité 2022-2025. La sécurité routière est l’affaire de tous : elle concerne la grande majorité de la population belge. Par ailleurs, des centaines de personnes meurent chaque année sur nos routes. La lutte contre les principales causes des accidents de la circulation, les quatre killers, contribue à y réduire le nombre de tués. Ces quatre killers sont la vitesse excessive, la conduite sous influence (entre autres d'alcool, de stupéfiants), la distraction au volant (notamment par le GSM) et le non-respect du port (adéquat) de la ceinture.

Statistiques de circulation 2021