Une grande campagne pour ne pas mordre à l’hameçon

Octobre sonne le début de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité. Celle-ci est centrée cette année sur le phishing. Voici les mises en garde de notre expert !

Octobre sonne le début de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité. Celle-ci est centrée cette année sur le phishing. Voici les mises en garde de notre expert !

« Relax, réfléchissez à deux fois avant de cliquer sur un lien ». Voici le message de la nouvelle campagne de prévention lancée par le Centre Cybersécurité Belgique et de la Cyber-Coalition. Durant tout ce mois d’octobre, l’accent est mis sur la lutte contre le phishing. Malgré des conseils régulièrement délivrés, certains utilisateurs continuent à cliquer sur des liens malveillants. Cette impulsivité du clic a donné naissance au slogan de la campagne de prévention 2019. Le message est accompagné de l’image d’un hippie souriant. « La technique du phishing reste un problème important qui vise à la fois le citoyen mais aussi les entreprises ou les administrations publiques. Des plateformes, comme Linkedin, sur lesquelles les utilisateurs peuvent partager des informations précises, quant à leur fonction, vont permettre de les cibler et de retenir leur attention lorsqu’ils recevront un message correspondant à leur activité », explique le commissaire Olivier Bogaert, de la Federal Computer Crime Unit.

Cette situation pourra mener au blocage complet du système de l’entreprise. Et ce n’est pas tout. « Outre ce blocage, le phishing va aussi permettre aux cybercriminels de pirater des comptes pour, ensuite, revendre les données d’identités ou les données bancaires récoltées. Ils pourront aussi disposer des accès aux structures informatiques et y dérober des informations. »

Des chiffres préoccupants

Les chiffres de 2018 sont d’ailleurs inquiétants. Le Centre Cybersécurité signale avoir reçu près de 650.000 mails, transférés à l’adresse suspect@safeonweb.be. Ces mails ont été analysés par un logiciel spécialisé. « Ce qui a permis de bloquer en moyenne 4 sites frauduleux par jour. Les entreprises comme Google, Microsoft ou Apple ont aussi pris des mesures pour nous mettre en garde quand ce type de mail nous arrive mais ce sont désormais les notifications par messageries ou via les réseaux sociaux qui sont privilégiées »

Restez donc plus que jamais sur vos gardes et n’hésitez pas à transférer les mails suspects à suspect@safeonweb.be !