Surfons Tranquille: La « magie » de l’e-love opère aussi en confinement

La crise du Covid-19 constitue une aubaine pour les cybercriminels. Parmi les techniques d’arnaque, l’e-love opère toujours. Méfiance !  

On ne change pas une méthode qui gagne, serait-on tenté d’écrire. Sauf que celle-ci ne favorise que l’arnaqueur et cause toujours de nombreuses victimes. L’e-love fait encore des dégâts, d’autant plus en cette période de Covid-19, où les contacts se font rares. Prenons l’exemple de Paul. Il est seul et rêve de trouver l’âme sœur. Il est contacté par une jeune femme via Facebook. Natacha habite Moscou et est veuve. Ils échangent mails, photos et abordent des passions communes… Vient ensuite l’envie de la rencontre. Et là, le piège commence à se refermer sur la victime. « Natacha a un souci. Comme elle n’a pas beaucoup d’argent, pour pouvoir converser plus longtemps avec Paul et faire connaissance, elle lui demande de lui envoyer quelques euros pour payer son accès à internet. Il s’exécute et l’enchantement reprend », raconte Olivier Bogaert, commissaire à la Federal Computer Crime Unit. Quelques jours plus tard, Natacha évoque la coupure de sa connexion internet et l’hospitalisation de sa mère pour lui réclamer à nouveau de l’argent. 

Malgré tout, Paul projette de se déplacer en Russie pour retrouver Natacha mais celle-ci rétorque qu’elle n’a pas de place pour l’accueillir. Elle lui propose plutôt d’effectuer elle-même le déplacement. « Comme elle est sans le sou, elle lui demande de l’aider à financer son voyage pour le rejoindre. Paul paie ainsi divers frais (passeport, démarches auprès de l’ambassade, cadeaux, billets de voyage, etc.) : les frais, justifiés prétendument par des tracasseries administratives dont Natacha fait l’objet, se multiplient jusqu’au jour où… l’être tant attendu ne se manifeste plus. » 

Y mettre un terme 

L’e-love joue sur la corde émotionnelle pour piéger la victime, ce qui rend cette arnaque d’autant plus dangereuse. « On évoque l’admiration ou l’émerveillement face à l’autre, la découverte de forts sentiments de l’un envers l’autre, cet amour grandissant, les perspectives de vie commune... Si vous êtes ainsi approché.e et si un transfert d’argent est évoqué, il vaut mieux mettre un terme à la communication », prévient Olivier Bogaert.