Surfons Tranquille : Google et Facebook se lancent dans la lutte contre les « fake news »

Les « fake news » ont déjà fait de nombreuses victimes, d’autant plus en cette période de Covid-19. Facebook et Google ont décidé de lutter contre ce fléau. Explications… 

La crise du Covid-19 a engendré une diffusion massive de « fake news ». Les auteurs n’hésitent pas à utiliser les service payants des réseaux sociaux pour rendre leurs publications mensongères plus visibles. Face à cette situation, Google et Facebook ont décidé de réagir. « Depuis le 18 août, le moteur de recherche Google fait la chasse à ces fausses informations concernant notamment les avis scientifiques qui peuvent contribuer à la diffusion de théories conspirationnistes en rapport avec le Covid-19 », confie le commissaire Olivier Bogaert. Certains contenus avaient déjà été bloqués mais désormais, le géant du web fait un pas supplémentaire. « Les contenus qui mettent en doute les avis scientifiques validés et approuvés par des structures qui font autorité ou encore, par exemple, les publications précisant que les vaccins ont pour objectif de modifier la génétique de la population, seront tous automatiquement bloqués », souligne l’expert de la Federal Computer Crime Unit. Les sites utilisant Google pour diffuser leurs publicités devront également respecter ces procédures, sous peine d’être définitivement bannis.

Suppression des publicités mensongères

De son côté, Facebook a également décidé de passer à l’action. Le réseau social a ainsi investi plusieurs millions d’euros dans la lutte contre la désinformation. « Depuis avril dernier, il avait déjà mis en place un processus pour nous avertir si nous partageons un contenu pouvant représenter un danger pour notre santé (NdlR : le plus connu affirmant que l’eau de javel permettait de guérir du virus…). Facebook supprime désormais de manière définitive les publicités mensongères en rapport, par exemple, à la vente de produits médicaux en lien avec le Covid-19. »