Sécurité : Pas trop vite, mais pas trop lentement non plus !

Quand on parle de vitesse, on se focalise souvent sur la vitesse inadaptée ou excessive. Mais il est bon de rappeler également que le Code de la route vous demande de ne pas non plus rouler comme un escargot sans raison valable. Près de 2 PV par jour sont établis pour cette raison. C’est bien moins que pour les excès de vitesse, mais ça existe bel et bien !

Photo by Maksym Kaharlytskyi on Unsplash

On trouve la base légale à l’article 10.2, qui dit ceci : aucun conducteur ne peut gêner la marche normale des autres conducteurs en circulant sans raison valable à une vitesse anormalement réduite ou en exerçant un freinage soudain non exigé par des raisons de sécurité.

Pour les autoroutes, c’est plus facile, car il y a un seuil minimal de 70 km/h qui est fixé par la loi lorsqu’un véhicule circule sur terrain à peu près plat. Il y a environ 150 PV par an pour des véhicules qui n’ont pas circulé assez vite sur autoroute quand la route était plane.

Et il y a environ 500 PV par an sur le reste du réseau. Mais comme il n’y a pas de vitesse minimale sur les autres routes, les notions de " raison valable " et de " vitesse anormalement réduite " sont donc à voir au cas par cas. Si la visibilité est très bonne, que la route est en bon état et qu’elle est peu encombrée, il est assez normal pour un automobiliste de circuler en étant proche de la vitesse maximale autorisée, sans la dépasser bien sûr. Il est fort probable qu’aucun policier ne vous verbalisera si vous roulez malgré cela, disons, à 30 ou 40% moins vite que la vitesse maximale autorisée. Mais à un moment donné, si vous poussez le bouchon plus loin, et que vous diminuez encore votre vitesse, vous devenez alors une gêne évidente pour les autres usagers, et la sanction pourrait toujours tomber. Cependant, le plus gros risque, ce n’est pas le PV, mais le fait que vous allez provoquer de l’énervement sur les conducteurs qui vous suivent, dont certains risquent de tenter de vous dépasser n’importe comment et de prendre des risques par la même occasion. C’est pour ça que si vous hésitez sur votre chemin par exemple, le mieux est de vous ranger sur le côté pour faire le point, et pas de rouler au pas tant que vous n’avez pas décidé quelle direction prendre. Bref, ne faites pas payer aux autres vos hésitations, ceux qui vous suivent ont mieux à faire que d’attendre vos prises de décision ! Enfin, pour ce qui est de freiner brusquement, là aussi, il faut une raison valable. Pour info, freiner brusquement parce qu’on se rend compte de la présence d’un radar n’est assurément pas une raison valable…

Ajoutons enfin que l’article 10.2 dit aussi que le conducteur qui veut ralentir de façon notable l’allure de son véhicule doit indiquer cette intention au moyen des feux-stop lorsque le véhicule en est pourvu ou, sinon, et si possible, par un geste du bras. Le geste de bras n’est plus nécessaire de nos jours avec nos véhicules modernes, mais actionner les feux-stop, c’est en effet utile pour signaler derrière vous que vous ralentissez. Une légère pression sur la pédale de frein suffit déjà à les actionner. Par contre, utiliser seulement le frein moteur pour ralentir ne les allume pas !

Commissaire Olivier Quisquater
Police de la Route