Rétrospective 2019 de la PJF d'Anvers

780 nouveaux dossiers, 561 arrestations judiciaires et des saisies pour un montant de 43 451 510,07 euros

La Police Judiciaire Fédérale (PJF) d'Anvers a présenté son rapport annuel 2019, chiffres à l'appui. Elle a engrangé des résultats concrets dans plusieurs domaines. La PJF a pu compter à cet égard sur le renfort temporaire de collègues d'autres arrondissements.

 Rapport Annuel PJF Anvers

En 2019, la Police Judiciaire Fédérale (PJF) d'Anvers a procédé à un total de 561 arrestations judiciaires, dont 159 dans le cadre du Stroomplan. Plus d'un tiers d'entre elles (198 arrestations) étaient liées à des faits de stupéfiants. Les délits contre la propriété, tels que le vol ou la destruction de biens mobiliers ou immobiliers, ont constitué un autre gros morceau (138 arrestations). Par ailleurs, 71 arrestations ont eu lieu pour des délits de violence, 43 pour des faits de trafic ou traite d'êtres humains ou de fraude et 42 dans le cadre de la criminalité financière.

En plus de ces arrestations et les peines éventuelles qui en découlent, la police tente également de faire mal au portefeuille des criminels. En 2019, la PJF d’Anvers a ainsi saisi l'équivalent de 43 451 510,07 euros de biens et d'argent (liquide):

  • 16 786 393,84 euros placés sur des comptes
  • des biens mobiliers d'une valeur totale de 10 560 237,72 euros
  • 36 biens immobiliers d'une valeur totale de 9 920 073,08 euros
  • 5 218 367,43 euros en liquide
  • 41 véhicules d'une valeur totale de 966 438 euros

Les différentes sections de la PJF ont ouvert quelque 780 nouveaux dossiers en 2019.

  • Au sein de la section « Ecofin », 157 nouvelles enquêtes ont été ouvertes l'an dernier dans le domaine de la criminalité économique et financière grave et organisée, comme la fraude à grande échelle.
  • La section « Drogues » a quant à elle lancé quelque 142 nouvelles enquêtes. À titre de comparaison, 120 nouveaux dossiers avaient été ouverts en 2018 et 104 en 2017. Au total, 62 102 kilos de cocaïne ont été saisis durant l'année.
  • La section « Criminalité contre les biens/la propriété » a ouvert 139 nouveaux dossiers.
  • 111 nouvelles enquêtes ont été ouvertes par la section « Traite/trafic d'êtres humains et fraude sociale ». Sont visées ici les entreprises qui, en recourant au travail au noir à grande échelle, échappent par exemple aux cotisations de sécurité sociale ou touchent indûment des allocations. Il s'agit donc là d'une forme de gain financier aux dépens de l'État et du contribuable, contre laquelle la police est déterminée à lutter énergiquement.

La police technique et scientifique n'est pas non plus en reste. Le labo est intervenu à 5 810 reprises au cours de l'année écoulée. Il a procédé à 831 descentes sur les lieux dans le cadre de décès suspects, ainsi qu'à 189 autopsies. Pas moins de 398 personnes ont été identifiées sur la base d'empreintes digitales, dix grâce à des traces de semelles et une sur la base de traces d'oreilles.

Le rapport annuel complet, avec plus de chiffres et un nombre de cas intéressants, est disponible ci-dessous (seulement en version néerlandophone):