Classic 21Sécurité : L'immatriculation, visible et propre

Quand vous achetez un véhicule à moteur, vous savez bien entendu qu’il faut l’immatriculer pour pouvoir circuler. Une fois la ou les plaques fixées correctement à votre véhicule, vous ne devez pas perdre de vue que l’immatriculation ou sa reproduction doivent rester visibles et lisibles.

La loi précise ainsi qu’elles doivent être lisibles le jour par temps clair à une distance minimum de quarante mètres pour les plaques ordinaires d’automobiles, à trente mètres pour le modèle réduit, et à vingt mètres pour la plaque moto.

Ça nécessite donc qu’elles soient propres, en bon état et non dissimulées par un objet, comme une boule de remorquage ou un porte-vélo. Et si vous sortez d’une route boueuse par exemple, vous devez penser à nettoyer votre immatriculation avant de continuer votre chemin.

Il est également interdit de recouvrir les plaques, même d’une matière totalement transparente, et aucune confusion quant au numéro de la plaque ne peut exister : il n’est pas question notamment d’apposer des signes à proximité des plaques, de forer des trous, etc.

Enfin, si votre plaque officielle est détériorée par l’usure ou un accident, elle doit être échangée à la DIV. La procédure d’échange est facile à trouver sur Internet.

Si vous ne faites pas attention à tous ces aspects, vous pourriez le regretter. Les infractions liées au placement ou à la visibilité de l’immatriculation sont classées en infraction du second degré, et vous encourez donc une perception immédiate de 116€ d’amende.

Mais rendre volontairement illisible son immatriculation (plaque moto pliée par exemple) peut aussi être considéré comme un procédé mis en œuvre pour se soustraire aux contrôles. Dans ce cas, l’usager sera convoqué devant le juge de police et risquera alors une amende bien plus lourde, ainsi qu’une déchéance du permis de conduire. La visibilité de vos plaques est donc à prendre très au sérieux !