Attention ! Des escrocs usurpent le nom de nos dirigeants !

Depuis plusieurs mois, de nombreux citoyens nous signalent avoir reçu des mails suspects émanant de dirigeants de la Police Fédérale voire d’autres institutions policières ou judiciaires. Il s’agit d'une tentative d’escroquerie exécutée au moyen d’envois d’e-mails ou via la création de faux sites ou fausses nouvelles. Nous invitons l’ensemble de la population à la plus grande prudence face à ce phénomène en recrudescence !

 

Phishing Police Federale

Modus operandi

Depuis plusieurs mois, et de manière récurrente ces dernières semaines, des particuliers adressent des mails ou des lettres à l’attention de Catherine De Bolle, actuelle directrice d’Europol et ancienne commissaire générale de la Police Fédérale, ou à d’autre autorités policières, signalant avoir réceptionné un mail émanant d’un Haut responsable de la « Brigade de protection des mineurs », faisant état d’une consultation illégale de site (pédo)pornographiques et pour laquelle le paiement d’une « amende » est proposé en lieu et place de poursuites judiciaires.  Certaines de ces personnes joignent à leur courrier soit une preuve de paiement, ou parfois un chèque. Le nom de l’actuel commissaire général de la Police Fédérale, le premier commissaire divisionnaire Marc De Mesmaeker, est aussi cité dans certains de ces e-mails, de même que le nom d’Eric Snoeck, le directeur général de la Police Judiciaire Fédérale. Par ailleurs, plus récemment, le nom du Procureur fédéral Frédéric Van Leeuw et d’autres autorités judiciaires apparaissent également dans certaines versions de ces messages frauduleux.

Certains des e-mails reprennent comme objet de message la mention “Votre convocation” et prétendent vous informer que vous auriez commis des infractions diverses, voire des envois de photos de natures sexuelles à des mineurs. L'expéditeur indique que vous devez payer une amende sinon vous serez poursuivi par la justice. Malheureusement, les gens paient parfois cette soi-disant amende. Injustement, car l'argent va alors directement aux fraudeurs.

Ce phénomène touchant l’ensemble des pays francophones, une concertation a été mise en place via Europol. Plus récemment, nous avons constaté que des messages apparaissent aussi en néerlandais. Il est donc possible que la Flandre voire les Pays-Bas soient touchés par le phénomène.

 

Conseils pratiques

La Police Fédérale rappelle les mesures de prudence en cas de réception d’un e-mail suspect :

•    La police ne vous enverra jamais d’amende par e-mail.
•    Vérifiez l’adresse de l’expéditeur du mail : si elle est fantaisiste ou étrange (policefédérale@hsruhaw.com par exemple ou federalpolice@gmail.com) , il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’une tentative d’escroquerie. Les services de police ne font aucunement usage d’une adresse de messagerie gratuite.
•    Ne répondez jamais à un mail qui semble étonnant, voire suspect.
•    Un e-mail qui contient des fautes d’orthographe ou de grammaire, ou qui n’est pas rédigé de manière professionnelle, est suspect.
•    Vérifiez la justesse de l’information reçue en recherchant sur Internet l’existence de signalement.  Certains sites comme www.hoax-net.be ou www.signal-arnaques.com peuvent vous éclairer quant à l’existence d’une arnaque.
•    Ne communiquez jamais vos données personnelles ou bancaires via téléphone ou mail à la demande d’un tiers. Signalez en un clic le mail frauduleux aux services en charge via le site de Safe on Web :  https://www.safeonweb.be/fr/liens
•    Envoyez une copie du mail frauduleux à l’adresse suivante :  suspect@safeonweb.be. Effacez ensuite le mail suspect.

 

Vous êtes néanmoins victime d’une escroquerie via un faux mail ?

•    Prévenez le plus rapidement possible votre banque et CardStop afin de faire bloquer les opérations financières qui peuvent encore l’être, et éventuellement vos cartes bancaires.
•    Prenez contact avec la Police Locale afin de porter plainte.
•    Changez vos mots de passe et passez éventuellement votre ordinateur au crible d’un antivirus, si vous pensez avoir installé un malware.

 

En savoir plus?

  • Pour plus d’informations sur les mesures de prudence, nous vous invitons à consulter le site du « Centre for Cybersecurity Belgium » (CCB) à l’adresse suivante : https://www.safeonweb.be/ . Vous y retrouverez également de précieux conseils de prévention. L’appli Safe On Web téléchargeable sur Google Play et Apple Store vous permet entre autres de recevoir sur votre mobile en temps réel des alertes si le réseau wifi sur lequel vous vous trouvez est corrompu.
  • Cette année, 3,7 millions de messages suspects ont déjà été envoyés à suspect@safeonweb.be, ce qui représente en moyenne 12.000 par jour (CCB)!
  • Plan national de sécurité 2022-2025 - Le sujet de cet article s’inscrit dans la lutte contre le phénomène Piratage, sabotage informatique, fraude informatique et escroquerie sur Internet