Week-end sans alcool au volant: moins de conducteurs sous influence d'alcool mais plus sous influence de drogues

Le week-end dernier, du vendredi soir 10 janvier 18h00 au lundi 13 janvier à 6h00, la Police Intégrée a effectué des contrôles alcoolémie intensifs sur les routes et autoroutes de tout le pays. A l’occasion de la 9ème édition du ‘Week-end sans alcool au volant’ pas moins de 62 441 conducteurs ont été contrôlés par la Police Fédérale et la Police Locale. 1,41% des personnes contrôlées étaient au-dessus du taux autorisé.

Lors de l’édition de janvier 2019, 64 205 personnes avaient été contrôlées. 1,70% de celles-ci étaient en infraction. La tendance est donc à la baisse et nous ne pouvons que nous en réjouir !

Par contre, il est frappant de constater que sur les 228 conducteurs qui ont été soumis à un test de salive, 117 personnes roulaient sous influence de drogues. Leurs permis de conduire ont été retirés. Une grande différence en comparaison avec l'édition de janvier 2019, où 102 des 224 tests de salive étaient positifs.

Il est important de garder à l'esprit qu'un test de salive n'est effectué que lorsqu'il y a déjà des indications qu'un conducteur semble rouler sous influence. Cependant, ces chiffres pourraient indiquer une évolution à surveiller.

Les statistiques d’accidents indiquent malheureusement encore une trop grande tolérance vis-à-vis de l’alcool au volant de la part de certains conducteurs. En 2018, 4 710 accidents avec tués ou blessés impliquant un conducteur sous influence de l’alcool ont été enregistrés, soit une hausse par rapport à 2017, ce qui prouve toute l’utilité d’actions telles que le Week-end sans alcool au volant.

Tant la Police Locale que la Police Fédérale sont confrontées au défi quotidien qui consiste à améliorer la sécurité routière et continueront à s’impliquer dans des activités de prévention et de contrôle.

BOB Janvier 2020