Sécurité : La Rue Cyclable

Parlons des rues et des zones cyclables. A chaque fois qu’on annonce l’installation d’une rue ou d’une zone cyclable quelque part, nous constatons un cortège de réactions négatives de la part d’automobilistes frustrés. Quand on lit ces réactions, on constate qu’il s’agit souvent d’une mauvaise compréhension de ce qu’est une rue cyclable.

Sécurité : La Rue Cyclable

Alors qu’est-ce qu’une rue cyclable ? Pour ce qui est du look du panneau, c’est un rectangle bleu, avec un cycliste blanc à l’avant-plan et une voiture rouge à l’arrière-plan. On peut aussi conférer une valeur zonale au panneau. Sur le panneau, le cycliste est situé bien devant le milieu de la voiture pour rappeler qu’il peut utiliser toute la largeur de la voie publique dans un sens unique et la moitié de la largeur située du côté droit lorsqu’elle est ouverte aux deux sens de circulation. Et point important, les usagers motorisés, donc y compris les motards, ne peuvent pas dépasser les cyclistes. Enfin, la vitesse maximale autorisée dans une rue cyclable est de 30 km/h. Dans une rue cyclable, les utilisateurs de speed pedelec et d’autres modèles de cycles ont les mêmes avantages que les cyclistes.

Quelle est l’utilité principale d’une rue cyclable ? Elles ont été conçues pour être placées principalement dans des rues secondaires étroites, souvent en sens unique, là où dépasser un cycliste est de toute façon une manœuvre risquée et très souvent illégale. On ne transforme donc pas de grands boulevards fort fréquentés en rues cyclistes, ce n’est pas l’idée. L’idée, c’est que le cycliste ne soit pas obligé de serrer à droite dans une rue étroite où se faire dépasser constitue un danger pour lui. En effet, dans bon nombre de rues en ville, il est impossible de dépasser correctement un cycliste qui serre à droite tout en respectant l’obligation de lui laisser 1m. La plupart du temps donc, une rue cyclable n’est jamais qu’un moyen pour que les uns ne commettent pas d’infractions liées au dépassement, et pour que les autres, les cyclistes ou les utilisateurs d’engins de déplacement (trottinettes, rollers, etc.), courent moins de risques.

Vous comprenez donc mieux à présent qu’il n’y a pas vraiment de raison de crier au scandale quand apparaît une rue cyclable quelque part, car ça permet aux uns de circuler sans danger, et aux autres de ne pas commettre d’infractions liées au dépassement d’usagers plus faibles.

 

Commissaire Olivier Quisquater
Police de la Route