Police on web : certaines déclarations désormais possibles depuis chez vous

Durant cette période marquée par le coronavirus, la police ne reste pas les bras croisés, bien au contraire. Elle s’efforce inlassablement d’améliorer son offre de services, notamment en poursuivant son cheminement dans le monde digital. Dès aujourd’hui, la liste des types de faits pouvant faire l’objet d’une déclaration à distance est encore étendue pour vous éviter de devoir vous déplacer au commissariat.

Durant cette période particulière, la Police Intégrée tente de se rapprocher des citoyens tout en respectant la distanciation physique imposée. Pour ce faire, le Collège des Procureurs généraux a marqué son accord pour élargir temporairement les possibilités

de déposer plainte en ligne via Police-on-web. Dans le contexte actuel, la police augmente son accessibilité sur tout le territoire mais permet aussi d’éviter les déplacements non essentiels vers les commissariats de police.  

Toutefois, il s’agit de déclarations non urgentes, c’est à dire, des cas qui ne nécessitent pas une intervention policière immédiate. Pour cela, le citoyen doit s’adresser au 101 ou au 112 pour obtenir immédiatement de l’aide. 

Extension temporaire à de nouveaux faits  

Temporairement, au moins pendant cette période de crise où nous devons respecter une distance physique, les citoyens peuvent signaler les faits non urgents suivants sur Police-on-web : 

  • coups et blessures ; 
  •  menaces ; 
  • harcèlement ; 
  • vol sans violence ; 
  • escroquerie (y compris via internet) ; 
  • perte d’objets ou de documents (y compris la carte d’identité, les documents de bord, etc.). 

 

Ceux-ci viennent s’ajouter aux possibilités des déclarations en ligne déjà existantes :  

  • vol de vélo (ou de vélomoteur) ; 
  • vandalisme ; 
  • graffiti ; 
  • dégradations ;  
  • vol à l'étalage ; 
  • déclaration de caméra ou de système d’alarme ; 
  • demande de surveillance policière pendant les vacances ou en cas d’absence.  

  

Le Ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Pieter De Crem : « L’élargissement de l’application Police on Web est une étape extrêmement importante dans le cadre des services rendus aux citoyens. Les services sont ainsi non seulement joignables jour et nuit mais ils garantissent également une sécurité optimale pour les citoyens et les policiers en raison de l’absence de contact physique. À l’heure où nos policiers sont en première ligne dans la lutte contre le COVID19, cette application nous permet en outre de mobiliser nos hommes et nos femmes encore plus efficacement sur le terrain plutôt qu’au bureau de police. »

« Toutes les infractions sont graves, y compris celles qui peuvent être perçues comme non urgentes. Je me réjouis de voir que la police a décidé de développer la police-on-web, en concertation avec les procureurs généraux. Durant la crise du coronavirus, les personnes qui ont été escroquées ou volées sans violence, par exemple, peuvent le signaler en ligne. S'attaquer à un délit commence en le signalant. Cette transformation numérique rend la police encore plus accessible aux citoyens et s'inscrit parfaitement dans la numérisation de la perception des amendes pénales. Ensemble, la police et la justice s’engagent pour vous. » conclut le Ministre de la Justice Koen Geens.

Vous retrouverez plus d'informations sur le site Police on web.