La Police Fédérale des chemins de fer présente sa nouvelle approche pour cet été

La Police Fédérale des chemins de fer (SPC) a élaboré une nouvelle stratégie pour accroître la sécurité dans le milieu ferroviaire (métros et stations, trains et gares). Les patrouilles disponibles de la police ferroviaire seront déployées autant que possible sur les "points chauds", c'est-à-dire certains trains et certaines heures de la journée où l'on s'attend à rencontrer le plus de problèmes. Une attention particulière est dès lors accordée à certains tronçons tels que les trajets vers la côte, les lignes vers les grands festivals ou encore vers les domaines récréatifs.

La Police Fédérale des chemins de fer présente sa nouvelle approche pour cet été

 

L'analyse de la criminalité dans les trains, les stations (de métro) et autour des chemins de fer - le terrain d’action de la Police Fédérale des chemins de fer - montre une augmentation constante d'environ 20% entre 2015 et 2021*. Par ailleurs, les chiffres de la SNCB montrent également que le nombre de signalements d'actes d'agression dans les trains eux-mêmes a augmenté. C'est pourquoi la Police des chemins de fer a élaboré un plan visant à déployer davantage les patrouilles disponibles dans certains points chauds.

La Police Fédérale des chemins de fer (SPC) a utilisé une analyse stratégique approfondie pour déterminer les moments de la journée et les lignes ferroviaires où le risque est le plus élevé. Sur la base de cette analyse, les équipes disponibles sont désormais déployées de manière plus ciblée. Par exemple, aujourd'hui, des patrouilles étaient orientées en direction du Rock Werchter Festival, et par temps estival, il y aura davantage de patrouilles en direction de la côte ou à proximité des zones de loisirs. Ces patrouilles plus ciblées devraient permettre de réduire la criminalité dans les trains et ainsi renforcer le sentiment de sécurité des voyageurs et du personnel de la SNCB.

Ce vendredi 1er juillet, la Police des chemins de fer a donné le coup d'envoi, en gare de Bruxelles-Midi, de son plan d'action, en présence de la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden et du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet. L'action d'aujourd'hui s'est concentrée sur un des points chauds identifiés, à savoir, la ligne entre les gares de Bruxelles-Midi et de Louvain (dans le cadre du Rock Werchter Festival).

Annelies Verlinden, ministre de l’Intérieur : "L’utilisation des transports publics a été encouragée ces dernières années, et je ne peux que la soutenir moi aussi. Il appartient à la Police Fédérale de garantir, en collaboration avec la SNCB et Securail, la sécurité à bord des trains. C’est la raison pour laquelle le plan été de la Police des Chemins de Fer prévoit une présence accrue dans les trains à destination de lieux à forte fréquentation, comme la côte, les domaines récréatifs et les festivals. Nous renforcerons ainsi ensemble le sentiment de sécurité des voyageurs."

Georges Gilkinet, ministre de la Mobilité :"En tant que ministre de la Mobilité et des voyageurs, je me réjouis que la police et la ministre de l'Intérieur, ainsi que Sécurail, le service de sécurité interne de la SNCB, se préparent pour l'été et mettent tout en œuvre pour veiller à la sécurité dans nos trains. J’entends faire du rail la colonne vertébrale de notre mobilité, le moyen de déplacement privilégié des Belges. Ce qui signifie des trains à l’heure, plus nombreux, plus confortables pour des voyages en toute sécurité. De l’entrée en gare à la sortie du train, les usagers du train doivent se sentir en sécurité. Nous y travaillons tous ensemble”.

Stéphanie Silvestre, directrice de la Police des chemins de fer : "L'accent est donc mis sur la création et, si possible, l'augmentation du sentiment de sécurité des passagers des trains et des usagers des transports publics en général. Nous ne voulons pas que les transports publics ne deviennent le terrain d'action d'individus ou de groupes mal intentionnés. Si au cours de ces patrouilles nous sommes confrontés à un incident, il va de soi que, compte tenu de notre proximité, nous assurerons la première intervention".

Koen Kerckaert, Directeur Général Passenger Transport & Security de la SNCB : “Nous constatons aussi une hausse du nombre d'agressions envers les membres de notre personnel ces dernières années : c’est totalement inacceptable et nécessite une tolérance zéro. La SNCB ne peut que saluer la présence renforcée de la police dans les trains et les gares. Des accords de sécurité coordonnés doivent être conclus pour renforcer davantage encore la sécurité sur le chemin des destinations populaires telles que la côte ou les parcs de loisirs. Partout et tout le temps, les gares et les trains doivent rester des lieux agréables, pour les voyageurs et le personnel”.

 

*Ces résultats sont issus d’une analyse criminelle multiple préalable des "points chauds", à savoir les résultats d'une analyse stratégique en 2021 par la direction SPC, une analyse de la SNCB et une enquête auprès des SPC-régions elles-mêmes. L'analyse criminelle de la SPC, montre une augmentation soutenue d'environ 20% des faits enregistrés sur l'environnement ferroviaire en général ainsi que sur le terrain d’action prioritaire de la SPC et ce en particulier depuis 2015 à 2021.

La Police Fédérale des chemins de fer présente sa nouvelle approche pour cet été

 

La Police Fédérale des chemins de fer présente sa nouvelle approche pour cet été