Sécurité Routière : Attention brouillard, rappel des règles

On est entré dans les mois les plus froids, synonymes aussi de difficultés diverses sur les routes. Comme l’une d’entre elles, à savoir le brouillard, qui rend la circulation vraiment problématique. Un peu comme les centristes, c’est un sujet qui tient à cœur de nombreux conducteurs que le mauvais usage des feux de brouillard chez d’autres usagers semble fort énerver.

Photo by Tuna Ekici on Unsplash

Et la raison est que ce sont des feux à la fois utile, mais qui peuvent aussi, en cas de mauvaise utilisation, se révéler gênant pour les autres usagers. Comme ce sont des feux qui ont une forte intensité lumineuse, il faut donc les allumer quand c’est utile et les éteindre quand ça ne l’est plus.

Il faut distinguer les feux de brouillard arrière et avant. Pour ce qui est des feux de brouillard arrière, ceux-ci doivent être utilisés si le brouillard ou les chutes de neige réduisent la visibilité à moins de 100 m environ, ainsi qu’en cas de forte pluie, et ils doivent être éteints en dehors de ces circonstances. Donc, en cas de brume, de brouillard léger ou d’une petite averse, vous pouvez vous contenter des feux rouges qui s’allument en même temps que vos feux de croisement ou de route, ils suffisent largement pour être vus de ceux qui vous suivent, pas besoin d’utiliser les feux de brouillard arrière. Et si vous les utilisez malgré tout alors que ce n’est pas nécessaire, les conducteurs qui vous suivent et que vous éblouissez vous le feront peut-être remarquer par des appels de phare, à vous de comprendre le message !

L’utilisation des feux de brouillard à l’avant est moins contraignante. Tout d’abord, vous n’êtes jamais obligé de les utiliser, à la différence des feux de brouillard arrière. Ensuite, la notion d’une visibilité maximale de 100 m n’existe pas pour les feux de brouillard avant, un brouillard plus léger peut justifier leur utilisation. Par contre, il faut aussi qu’il y ait du brouillard, des chutes de neige ou une forte pluie pour pouvoir les utiliser. Et s’il n’y a rien de tout ça, ils doivent être éteints.

Mais le brouillard, c’est aussi une condition de circulation qui nécessite d’adapter son comportement. Votre vitesse et votre distance de sécurité doivent également être adaptées. Par exemple, si vous ne voyez qu’à 30 mètres, vous devez pouvoir vous arrêter en 30 mètres, pas un de plus. Méfiez-vous aussi de l’effet aspirateur, qui pousse les conducteurs à se rapprocher trop près du véhicule qui roule devant eux pour avoir toujours un point de référence devant soi. C’est comme ça qu’on obtient les carambolages lors de très mauvaises conditions météo…

    En conclusion, garder ses distances, modérer sa vitesse, allumer les bons feux au bon moment, ce sont là les tâches prioritaires du conducteur en cas de brouillard.

     

    Commissaire Olivier Quisquater
    Police de la Route

     

    En savoir plus?

    • Plan national de sécurité 2022-2025 - Le sujet de cet article s’inscrit dans la lutte contre le phénomène Sécurité routière