Plus d’un million d’euros de confiscation et 200.000€ d’amende dans le cadre d’un dossier de trafic de stupéfiants PolBruNo

Le 14 mars 2023, les policiers de la Zone de Police Bruxelles Nord menaient 15 perquisitions dans le Quartier Nord, dans le cadre d’un dossier de trafic de stupéfiants. Le jugement du Tribunal de Première Instance de cette affaire a été rendu ce 15 novembre.

titre communiqué

La Zone de Police Bruxelles Nord mène de nombreuses opérations de sécurisation dans le Quartier Nord afin d’y renforcer le sentiment de sécurité et d’y diminuer le nombre de faits criminels. Le trafic de stupéfiants dans le quartier génère, en plus des faits criminels, de nombreuses nuisances pour les riverains, navetteurs et autres usagers de ce quartier. C’est dans le cadre de cette lutte contre la vente de stupéfiants que les policiers de la Brigade Judiciaire Centralisée (BJC) de PolBruNo étaient notamment intervenus rue Saint-François dans le Quartier Nord le 14 mars 2023 pour un dossier de trafic de stupéfiants. Ils y avaient procédé à 15 perquisitions qui avaient mené à l’interpellation de 6 suspects impliqués dans l’organisation de ce trafic.

La Brigade Judiciaire Centralisée (BJC) de PolBruNo, avec ses partenaires, avait également saisi plus de 3kg de stupéfiants et 50.000€. Les suites d’enquêtes ont permis d’arrêter 4 autres suspects dans ce trafic de stupéfiants.  Dans les jours qui ont suivi, afin de marquer et d’accentuer la présence policière dans ce quartier, la Police Locale avait mis en place différents contrôles routiers et opérations de sécurisation. Cette présence policière renforcée dans les rues concernées par l’opération judiciaire a permis d’augmenter le sentiment de sécurité des riverains.

Le jugement à l’encontre des suspects dans ce trafic de stupéfiants a été rendu le 15 novembre. Les 10 prévenus ont été reconnus coupables. Ensemble, ils ont accumulé une confiscation totale de 1.359.230€. Les trois coupables principaux se sont vu confisquer à eux seuls, 272.047€. Les condamnés doivent également s’acquitter d’une amende pénale de 200.000€, répartie entre eux. Les peines de prison vont de 6 ans d’emprisonnement à 240 heures de travaux d’intérêt général. La décision du tribunal est cependant susceptible d’appel.