La sécurité routière pour toutes et tous !

Première préoccupation de la population et priorité zonale depuis de nombreuses années, la Zone de Police Bruxelles Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode)  a pour objectif d’améliorer de façon générale la sécurité routière sur son territoire et, en particulier, en vue de diminuer le nombre d’accidents avec blessés. « En annonçant le lancement de deux projets en la matière, nous sommes très heureux de poursuivre cet objectif ! » déclare Cécile Jodogne, présidente du Collège de Police et Bourgmestre ff de la commune de Schaerbeek. « La Zone de Police POLBRUNO rappelle ainsi son investissement et son engagement pour une meilleure sécurité routière pour toutes et tous sur son territoire » conclut-elle.

Axes rouges - rode verkeersassen

La sécurité routière est et reste une priorité PolBruNo

Depuis 2018, la Police Locale a renforcé ses effectifs dans les équipes Circulation, a mis en place différentes opérations, a formé ses policiers et a développé de nouveaux outils avec pour objectif continu de garantir à chacune et chacun de circuler en toute sécurité sur la voie publique.

Avec des chiffres de verbalisation en augmentation continue depuis 2018, la Zone de Police a déjà verbalisé, sur les 8 premiers mois de 2021, 73.498 infractions au Code de la route. Résultat d’une proactivité des policiers sur le terrain, ces chiffres correspondent à une moyenne de 302 PV rédigés chaque jour, dont 47% concernent des excès de vitesse et 25% le mauvais stationnement. Cet investissement de l’ensemble des policiers de la Zone de Police va être maintenu et poursuivi.

Autre constat fait par la Police Locale : depuis 2017, le nombre d’accidents avec blessés a diminué de 25%  et il n’y a pas eu de décès lors d’un accident entre un automobiliste et un usager vulnérable sur les routes de la Zone PolBruNo en 2019, 2020 et 2021. Ce sont des nouvelles dont la Zone de Police et le Collège de Police se réjouissent.

 

« Plus de sécurité sur la route pour tous les usagers est au centre des préoccupations citoyennes » explique le Bourgmestre d’Evere, Ridouane CHAHID. « En effet, précise-t-il, de nombreux habitants.es nous interpellent régulièrement quant aux excès de vitesse sur certains axes, sur le stationnement sauvage, ou encore à l’insécurité routière aux alentours des écoles» 

Le Bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode, Emir Kir, complète « La population est en attente de solutions concrètes pour améliorer la sécurité routière, et cette campagne envoie un signal fort pour garantir une circulation sans danger sur la voie publique.»

 

Dans sa recherche continue d’améliorer la sécurité routière sur son territoire, la Police Locale a développé deux nouveaux projets afin de répondre aux défis rencontrés sur la voie publique. Ces projets visent à changer le comportement sur les routes, tant des automobilistes que des usagers vulnérables, afin d’améliorer la sécurité de toutes et tous.

 

Diminuer l’insécurité liée à la vitesse sur les Axes Rouges

La vitesse crée de l’insécurité sur nos routes. En effet, elle intervient dans 30% des accidents avec lésions corporelles et elle influence la gravité des accidents. C’est pourquoi la Police Locale investit beaucoup d’efforts dans la lutte contre les excès de vitesse. C’est forte de son expérience en 2019 lors de la 1ère édition, qui avait permis de faire baisser jusqu’à 12km/h la V85 (la vitesse de 85% des automobilistes) sur un des 6 axes définis alors comme prioritaires, que PolBruNo a décidé de lancer la 2ème édition des opérations Axes Rouges.

Son objectif ? Agir sur la vitesse inadaptée et diminuer l’insécurité liée à la vitesse en visant le changement de comportement des automobilistes. En effet, en rendant visibles les actions policières sur un nombre d’axes prioritaires, la Police vise à faire changer le comportement des automobilistes qui vont craindre de se faire contrôler.

Six Axes Rouges ont été définis par la Police Locale sur base du nombre d’accidents avec blessés, la fréquentation par les usagers actifs ou encore la V 85 de cet axe :

  1. Avenue Léon Mahillon à Schaerbeek
  2. Rue Masui à Schaerbeek
  3. Avenue Cicéron à Evere
  4. Avenue des Anciens Combattants à Evere
  5. Rue des Coteaux à Saint-Josse-Ten-Noode
  6. Rue du Progrès à Saint-Josse-Ten-Noode

Sur chaque Axe Rouge, depuis le 29 octobre, la Police BruNo organise des opérations et martèle le message que « Respecter la limitation de vitesse sauve des vies ! ». Ce focus sur ces axes est un effort conséquent des policiers mais qui ne diminue pas l’investissement quotidien des équipes radars de la Zone de Police à flasher un peu partout sur le territoire des communes de Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode.

 

Tous ensemble pour plus de sécurité routière

Le changement d’habitudes d’un grand nombre d’usagers de la route vers des modes de transport actifs ont un impact important sur le partage de la voie publique ainsi que sur les accidents entre usagers. En analysant de manière plus précise les chiffres des accidents avec blessés – en baisse depuis 2017 – sur son territoire, la Police Locale a été confrontée à deux constats :

  1. Le nombre d’accidents avec blessés où la victime est un cycliste a connu une forte hausse de 29% sur le territoire de PolBruNo en 2020[1].
  2. Dans 40% des accidents avec blessés impliquant un usager vulnérable, des comportements de l’usager vulnérable sont accidentogènes[2]. L’usager vulnérable a dès lors une co-responsabilité dans l’accident.

C’est pourquoi, PolBruNo s’est donné comme objectif de contribuer à réduire, avec ses partenaires, les accidents graves et mortels impliquant des usagers vulnérables en modifiant le comportement des différents usagers de la route. Ce projet ne vise donc pas seulement un changement de comportement des automobilistes mais va également s’adresser aux usagers des modes de déplacements actifs tels que les piétons, les cyclistes et les nouveaux engins de déplacement.

L’approche policière va se décliner en plusieurs étapes : tout d’abord, la Police Locale, avec les communes, va déterminer des hotspots problématiques sur base entre autres de l’analyse des accidents. Il s’agira de carrefours dangereux, des pistes cyclables, des trottoirs ou d’autres hotspots. Ensuite, la Zone de Police va mener des actions de prévention et de répression afin de stimuler les comportements prudents et anticipatifs de tous les usagers de la route.

Des actions préventives, répressives et visibles seront ainsi organisées à l’encontre des automobilistes dont le comportement met en danger les usagers vulnérables (comme par exemple, le stationnement sur les pistes cyclables ou les trottoirs). À côté de cela, des actions préventives – et répressives en cas de nécessité – seront axées à l’attention des usagers vulnérables. Enfin, tout au long de ces actions, la Zone de Police a pour objectif de sensibiliser et de former son personnel policier par rapport aux usagers vulnérables (particularités du Code de la Route, spécificités opérationnelles, etc.).

Le projet va débuter avec les premières actions avant la fin de l’automne 2021. Une évaluation fin 2022 permettra à la Zone de Police d’adapter son approche policière et de poursuivre son engagement pour  une meilleure sécurité routière au service de la population.

 

« Le Collège de Police est convaincu de la pertinence de ces projets qui répondent à la demande croissante de la population d’être préservée des conséquences du comportement de quelques fous du volant et de certaines incivilités insupportables comme le stationnement sauvage » précise encore Cécile Jodogne. 

Le Bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode, Emir Kir, poursuit : « La sécurité routière nous concerne tous et cela implique une plus grande responsabilisation des usagers de la route avec une réponse ferme pour ceux qui mettent en danger la vie d'autrui. »

« Notre objectif, avec cette campagne et ces actions, est de lancer un signal fort vis-à-vis de celles et ceux qui n’ont pas encore compris que les routes ne sont pas des circuits de course », conclut le Bourgmestre d’Evere, Ridouane CHAHID. « Par ailleurs ces actions n’ont pas pour but d’ennuyer les usagers de la route mais bien de les protéger de certains comportements dangereux qui peuvent avoir des conséquences graves. » 

 

 

[1] Alors que le reste de la Région bruxelloise ne connaissait « qu’une » augmentation de 13% des accidents avec blessés dont la victime est un cycliste.

[2] Sur base des déclarations de l’usager vulnérable.