Sept conducteurs alcoolisés sur 91

La police a mené une opération de samedi 18h à dimanche 2h

Dans la nuit du 01er au 2 février, plusieurs contrôles de prévention ont pris place dans la zone de police Entre-Sambre et Meuse. Les policiers se sont successivement installés à Mettet, Profondeville, Fosses-la-Ville et Floreffe. Une manière de clore cette campagne BOB hivernale, même si cela ne signifie pas que d’autres opérations du genre puissent avoir lieu prochainement.

 

Les policiers de la zone Entre Sambre et Meuse procédaient, ce week-end, à un dernier contrôle de prévention dans le cadre de la Campagne BOB Hiver. Ce qui ne signifie pas que de prochaines opérations, hors campagne, ne pourraient pas voir le jour. « Ce sont des contrôles que l’on fait toutes l’année », soulignait Laurent Brunotti, le chef de corps faisant fonction de la zone.

Au total, 91 véhicules ont été contrôlés dans le courant de la soirée et de la nuit du 01er au 02 février. Parmi ceux-ci, sept conducteurs ont été verbalisés pour imprégnation alcoolique.

Deux personnes se sont même vues signifier un retrait de permis de conduire immédiat. Ils ne pourront le récupérer avant 15 jours.

Deux véhicules n’étaient pas en ordre de contrôle technique, tandis qu’un troisième conducteur roulait sans permis de conduire. Ces infractions ont entraîné la rédaction d’un procès-verbal, tout comme six autres entorses au code de la route.

SIGNALES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Après une première halte à Mettet, les policiers se sont rendus vers Bois-de-Villers (Profondeville) vers 20h30. Les rabatteurs n’ont pas tardé à dévier les premières voitures vers le parking du Proxy Delhaize situé sur la Nationale 951, également connue sous le nom rue Raymond-Noël.

L’atmosphère y était plutôt calme et légère, en ce samedi soir, malgré quelques conducteurs doucement récalcitrants.

Un véhicule a accéléré la cadence à hauteur du contrôle, tandis qu’un autre est revenu sur ses pas, penaud, après avoir réalisé que les policiers lui sommaient de s’arrêter. Ce dernier et son passager sont repartis à pied, suite à un test positif à l’alcool.

Le programme des policiers prévoyait une heure de contrôle sur place, avant de rejoindre Fosses-la-Ville, puis Floreffe.

« Nous sommes signalés par les réseaux sociaux. En général, ça va assez vite, même si ça dépend aussi de l’endroit. »

Un phénomène dont les forces de l’ordre sont bien conscientes et qu’elles ne condamnent pas forcément. « On essaie de se diversifier, on s’adapte. C’est le jeu », soupire le chef de corps faisant fonction.

DES RESULTATS SIMILAIRES AUX ANNEES PRECEDENTES

Lorsqu’on interroge sur le résultat global de la campagne BOB Hiver, étalée sur deux mois, le constat est sans appel : « On a un taux de positifs similaires aux années précédentes. On ne constate pas de grosses baisse. »

Néanmoins, le nombre d’accidents mortels a quant à lui, chuté. « Une bonne chose », selon les policiers, même s’il est difficile de savoir si cela est dû aux campagnes de prévention et de répression organisées.

La police Entre Sambre et Meuse est en charge des routes nationales à une seule bande. Les doubles bandes et autoroutes sont, quant à elles, gérées par la police de la route de Namur.

Lors d’accidents ou autres problèmes, il n’est toutefois pas rare de voir ces différents agents travailler ensemble, en harmonie.

 

Aurélie LEBEC