Mi-mandat du Chef de corps de la zone de Police des Hauts-Pays

Chaque chef de Corps doit rédiger une lettre de mission qui déterminera les grandes orientations de son mandat de 5 ans, ainsi que les moyens qui lui sont attribués par les autorités pour y parvenir.

Lors de sa nomination en 2018, le Commissaire divisionnaire Patrice DEGOBERT a donc rédigé cette lettre de mission en se voulant le plus concret possible afin de répondre aux attentes des autorités, de la population, des partenaires sociaux et des membres de la zone de police.

Deux ans et demi se sont écoulés depuis la formulation de ces objectifs. Où en sont-ils aujourd’hui ?

Afin de faire le point à mi-chemin, le Chef de corps a souhaité publier un rapport intermédiaire décrivant point par point l’état d’avancement de chaque activité et objectif opérationnel découlant des objectifs transversaux et stratégiques décrits dans sa lettre de mission.

Loin d’être une obligation légale ou règlementaire, il s’agit d’un exercice de transparence et de rendre compte, pilier fondamental de la fonction de police orientée vers la communité et expression du principe de contrôle démocratique des institutions sur les services de police.

Globalement, ce rapport montre qu'une bonne partie des objectifs sont déjà atteints, mais le travail est loin d’être terminé. Beaucoup de chantiers sont encore en cours ou même seulement en réflexion.

La zone continue son mouvement de modernisation et d’innovation tout en essayant de maintenir une dynamique de structuration et de consolidation.

Mais les deux plus gros défis pour l’avenir sont de l’ordre des ressources. Tout d’abord, la pérennisation des moyens mis à disposition autant par le niveau fédéral que par le niveau local doit garantir le bon fonctionnement de la zone, à la fois dans ses missions de base et dans les projets qui servent directement les citoyens et les autorités. Et ensuite, le bien-être des collaborateurs qui doit être maintenu et amélioré afin de garantir une stabilisation des effectifs à la fois quantitativement et qualitativement.

Il reste maintenant un peu plus de deux ans au Commissaire divisionnaire DEGOBERT pour maintenir cette dynamique et garder l’œil sur le bon cap.