Police de la Navigation

La Police de la Navigation (SPN) assure la fonction de police dans les ports maritimes et dans les principaux ports de plaisance, sur les cours d’eau intérieurs et sur toutes les eaux du territoire belge. Son  terrain  d’action  est  très particulier et  requiert une  approche,  une  formation  et  du  matériel spécifiques.

Les principales tâches de la Police de la Navigation, comme service de police spécialisé, peuvent être divisées en quatre domaines :

  • fonction de police dans les ports (autour de l'eau) ;
  • fonction de police sur l'eau ;
  • contrôle des frontières (sur et autour de l'eau) ;
  • appui spécialisé.

Police de la navigation

Points marquants de son évolution

Contrôles aux frontières

Les contrôles aux frontières ont considérablement évolué au fil du temps : du traitement manuel à la digitalisation, en passant par la communication via télécopie.

Entre 2004 et 2006, la Police de la Navigation a mis au point un système d'analyse des risques et de direction des équipes, baptisé AquaTask.

Le traitement électronique des visas a vu le jour en 2011. Le logiciel belge Visanet a permis l’enregistrement informatique de toutes les informations, y compris des photos, et leur stockage dans le Système d’information visa. Il serait désormais possible d’effectuer des impressions et il n’était plus nécessaire de remplir manuellement les vignettes-visa.

Entre 2013 et 2014, Belvis Bordercontrol et les scanners de documents ont permis d'accélérer l'identification et l'authentification des personnes et des documents.

La vérification automatisée des équipages de navires dans les banques de données policières, telles que la Banque de  données nationale générale (BNG) et le Système d'information Schengen (SIS), est devenue possible en 2015.

Le développement d'AquaTask s'est poursuivi en 2017. La navigation de plaisance fait maintenant également l’objet de signalements électroniques par le biais du formulaire « General Declaration »

Et la digitalisation se poursuit : prochainement, les règlements relatifs à l’Entry Exit System (EES), au European Travel Information and Authorisation System (ETIAS) et à l'interopérabilité permettront un contrôle aux frontières encore plus efficace et plus approfondi. L’EES stockera les données des passeports, les empreintes digitales et une image faciale de tous les ressortissants de pays tiers entrant et sortant de l'espace Schengen. L'ETIAS deviendra un système électronique de gestion des autorisations de voyage vers l'UE. 

Sans parler des développements à venir...

En bref, on peut affirmer que le contrôle aux frontières est un chantier en cours.

Assurer la sécurité dans les ports, lutter contre le terrorisme maritime et la migration illégale, mais aussi veiller au bon déroulement des événements tels que les Fêtes gantoises, Ostende à l’Ancre et la course de voiliers à Anvers... La Police de la Navigation ne peut être plus polyvalente !
Assurer la sécurité dans les ports, lutter contre le terrorisme maritime et la migration illégale, mais aussi veiller au bon déroulement des événements tels que les Fêtes gantoises, Ostende à l’Ancre et la course de voiliers à Anvers... La Police de la Navigation ne peut être plus polyvalente ! 

 

Moyens de navigation

En 20 ans, les moyens de navigation de la SPN n'ont extérieurement pas beaucoup changé. Certains sont d'ailleurs toujours en service.  Ce n'est pas pour autant qu'il n'y a pas eu de changement !

  • Les moteurs hors-bord deux temps des zodiaques ont été remplacés par des moteurs quatre-temps plus économiques et moins polluants. L'électronique de bord est de nos jours complètement intégré et permet d'interfacer les données du radar, de l'AIS (Automatic Identification System : un système mondial d'identification et de suivi automatique des navires), du GPS et de la radio. Les sièges ont été remplacés par des modèles avec amortisseurs afin d'améliorer le confort des occupants. Les coques ne sont plus en polyester mais en aluminium et les flotteurs sont maintenant en forme de « D » montés sur rail  afin d'augmenter la surface du pont et de les remplacer rapidement.
  • Il en va de même pour les patrouilleurs.
    • Les derniers patrouilleurs de plus de 40 ans seront bientôt remplacés par des nouveaux disposant de tous les outils électroniques et de manutention nécessaires au travail de police moderne. Un deuxième poste de conduite à l’extérieur (flybridge) permettra une plus grande proximité avec les autres usagers des voies navigables et une plus grande sécurité lors des manœuvres d’abordage afin de réaliser des contrôles.Patrouilleurs
       
    • Les deux patrouilleurs qui ont maintenant plus de 20 ans sont en cours de modernisation. L'HVAC (Heating, Ventilation and Air-conditioning) et l'électronique ont déjà été mis à jour et les moteurs seront prochainement remplacés par du matériel plus respectueux de l'environnement.

 

Les profils recherchés

La Police de la Navigation offre un travail varié sur l’eau et dans les ports, une fonction de police de base et spécialisée, ce aussi bien dans un contexte national qu’international. Elle permet également pour ceux qui ont le pied marin d’évoluer vers des fonctions spécialisées telles que pilote d’un bateau de patrouille ou d’un zodiac.

La Police de la Navigation recherche constamment des profils variés, tant administratifs qu’opérationnels, ayant un intérêt pour nos missions et étant motivés à apporter leur contribution à notre service spécialisé.

Vous êtes dynamique, motivé, loyal, flexible, polyvalent, empathique, avez soif d’apprendre et êtes désireux de découvrir la Police de la Navigation ! N’attendez plus, montez à bord !

Profils recherchés

 

Liens utiles

{"preview_thumbnail":"/politiedorp/sites/politiedorp/files/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/P9v5eLP7Ip0.jpg?itok=eAXxYAjc","video_url":"https://youtu.be/P9v5eLP7Ip0","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":0},"settings_summary":["Embedded Video (Adaptatif)."]}