Une opération de police internationale met fin à un trafic d'êtres humains utilisant des avions privés

Mardi 13 septembre au matin, une opération de police internationale a mis fin à une organisation spécialisée dans le trafic d'êtres humains. L'opération, à laquelle ont participé les service de police de Belgique, d'Italie, d'Allemagne, de France, d'Autriche et des États-Unis, a été dirigée depuis le parquet fédéral par un juge d'instruction de Bruxelles. La Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles (PJF), assistée entre autres par la direction de la criminalité grave et organisée (DJSOC) de la Police Judiciaire Fédérale, a également bénéficié du soutien d'Europol pour cette enquête. Durant l'opération 2 avions ont été saisis et 5 personnes ont été arrêtées, dont 2 dans notre pays.

Trafic d'êtres humains avec des jets privés et de faux passeports diplomatiques

Le trafic d'êtres humains par cette organisation s'est toujours déroulé de la même manière. Les passagers, principalement des personnes d'origine kurde, ont embarqué dans un jet privé en Turquie avec de faux passeports diplomatiques. Cependant, la destination officielle du voyage - généralement les Caraïbes - n'a jamais été atteinte. Lors d'une escale dans un aéroport européen, les migrants ont quitté l'avion, détruit leurs faux passeports et demandé l'asile.
 
Outre le trafic de personnes et les faux documents, l'organisation s'est également livrée à l'émission de faux chèques et à l'escroquerie auprès des compagnies aériennes dans le but de constituer sa propre flotte. Les hôtels ont également été victimes d'escroquerie en raison du non-paiement des factures. Des frais exorbitants allant jusqu'à 20 000 dollars étaient perçus par l'organisation pour chaque personne passée en contrebande.
 
Entre octobre et décembre 2020, au moins cinq opérations de contrebande ont eu lieu dans cinq pays européens différents. En outre, plusieurs plans ont été élaborés pour réaliser d'autres opérations de contrebande.

Notamment 2 avions saisis

Grâce aux investigations intensives des enquêteurs belges et à l'étroite collaboration avec d'autres services de police européens et américains, il a été possible d'établir que la base de l'organisation se trouvait en Belgique.
 
L'intervention du mardi 13 septembre 2022 au matin, coordonnée par Europol et Eurojust, a visé, en plus de la Belgique, l'Italie et la France. Cette action a conduit à l'arrestation de cinq personnes, dont deux en Belgique. Ils seront mis en examen devant le juge d'instruction le mercredi 14 septembre. Ils sont soupçonnés de traite des êtres humains, de blanchiment d'argent, de participation à une organisation criminelle et de falsification.
 
En outre, une importante somme d'argent, plusieurs biens utilisés par l'organisation et deux avions ont également été saisis au cours de l'opération. Par ailleurs, la fabrication en Belgique de faux documents par l'organisation a été confirmé au cours de l'action par la découverte de matériel de fabrication.
 
Cette enquête s'inscrit pleinement dans le cadre du Plan National de Sécurité (PNS) 2022-2025 de la police intégrée. Ce plan inclut la lutte contre le crime organisé, la traite des êtres humains et les crimes contre l'intégrité physique et psychologique comme thèmes clés de la sécurité.
 
De nombreux services (de police) nationaux et étrangers ont collaboré à cette action : la Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Bruxelles, la Direction de la criminalité grave et organisée (DJSOC), la police aéronautique, la Direction de l'appui canin, une zone de police, les services de police d'Italie, d'Allemagne, d'Autriche, de France et des États-Unis, le parquet fédéral, Europol et Eurojust.
 
Dans l'intérêt de l'enquête, la Police Fédérale et le parquet fédéral ne donneront pas d'autres informations sur cette affaire.

Jetstream Eurojust
Jetstream Eurojust
Jetstream Eurojust

 

Jetstream Eurojust