Speedmarathon : A quand un changement de comportement ?

BRUXELLES, 04/04/2019. – La Police Fédérale de la Route et la Police Locale ont une nouvelle fois collaboré dans le cadre d’un nouveau marathon de contrôle de vitesse de 24h organisé mercredi 3 avril dès 6h. Cette action s’inscrit dans le cadre du speedmarathon européen mis en place à l’initiative de TISPOL (Réseau européen des polices de la route). Durant 24 heures, 1 087 511 véhicules ont été contrôlés par les 132 zones de police et la Police Fédérale de la Route. Parmi ceux-ci, 29 450 étaient en excès de vitesse et 65 conducteurs se sont vus retirer leur permis de conduire, soit une légère augmentation du nombre de verbalisations.

Au vu des résultats, il est évident que trop nombreux conducteurs au pied lourd empruntent encore nos routes et autoroutes. La vitesse excessive est souvent directement proportionnelle avec la gravité de l’accident. Dans 1 accident sur 3, elle joue un rôle déterminant et peut très souvent en être la cause. La lutte contre la vitesse excessive ou inadaptée revêt une importance capitale en matière de sécurité routière. En menant ce type d’action de contrôle, la Police Intégrée souhaite augmenter le sentiment subjectif d’être contrôlé. L’objectif principal est de modifier les comportements des conducteurs récalcitrants.

Pour cette onzième édition, 2,71% des personnes contrôlées étaient en excès de vitesse et 65 permis ont été retirés. Lors du précédent marathon en octobre 2018, 2,54% des conducteurs roulaient trop vite et 107 permis de conduire avaient été retirés. Ces chiffres établissent que les conducteurs sont encore beaucoup trop nombreux à rouler trop vite, mais que les excès semblent moins importants. Pourtant, la lutte contre la vitesse excessive ou inadaptée n’est pas terminée.

La Police Fédérale et la Police Locale s’attellent en permanence à œuvrer pour améliorer la sécurité routière et s’impliquent régulièrement dans des activités de prévention et de contrôle.