Le démantèlement du réseau Sky ECC : un point de rupture dans le combat contre la criminalité organisée en Belgique

Ce matin, dès 5h00, a été lancée la plus vaste opération dirigée contre le trafic de stupéfiants depuis le démantèlement, en mars dernier, du réseau de communication SKY ECC.

Frédéric Van Leeuw

Procureur fédéral

 

Ce matin, dès 5h00, a été lancée la plus vaste opération dirigée contre le trafic de stupéfiants depuis le démantèlement, en mars dernier, du réseau de communication SKY ECC.

Cette opération ne visait pas, cette fois, à saisir d’importantes quantités de drogue. Il s’agissait de démanteler en profondeur, un important réseau d’importation et de distribution de cocaïne en Europe.

114 perquisitions et 64 interpellations ont été menées sous la direction d’un juge d’instruction bruxellois. Les chiffres plus précis vous seront communiqués dans un instant par le directeur judiciaire de Bruxelles.

Ce qui est important, au niveau du parquet fédéral, est cette série de coups portés aux trafiquants. Nous en sommes à notre troisième vague d’arrestations en une semaine.  Auxquelles s’ajoutent des actions d’autres parquets locaux, comme celui d’Anvers, hier lundi. Ces actions  sont essentielles. Pour  lutter contre ce fléaux social et de santé publique que constitue la cocaïne, d’abord.

Mais également pour éviter que ne s’enracine la violence, parfois extrême que certaines organisations criminelles tentent d’importer vers l’Europe centrale et vers notre pays en particulier.

L’expérience montre amplement qu’il est bien plus difficile d’éradiquer la corruption et la violence une fois qu’elle se sont enracinées dans un pays.

20211026 SKYECC - 01

 

Eric Jacobs,

Directeur de la Police Fédérale Judiciaire de Bruxelles

Le dossier d’aujourd’hui porte sur une organisation criminelle soupçonnée d’être active dans le trafic de cocaïne entre l’Amérique du Sud et l’Europe. Un groupe de criminels situé en Belgique, en grande partie à Bruxelles, organise la réception de la cocaïne, son extraction et son reconditionnement dans des laboratoires belges. Nous estimons la production à 1 tonne de cocaïne par semaine à Bruxelles et en périphérie . Après ce reconditionnement, des courriers assurent la distribution vers le reste de l’Europe (l’Italie, l’Allemagne, la Suède, l’Angleterre, la France, les Pays-Bas et le Portugal).

A la demande du Juge d’Instruction, la Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Bruxelles, appuyée par d’autres PJF et services de la Police Fédérale, soit plus de 1.100 policiers, a mis à exécution une centaine de mandats de perquisition en Belgique, dont la majorité à Bruxelles, en vue de procéder à l’interpellation de plus d’une soixantaine de personnes en lien avec ce trafic de stupéfiants. De nombreuses personnes sont susceptibles d’être mises à disposition de l’autorité judiciaire.

Nous avons découvert aujourd’hui 6 laboratoires d’extraction de cocaïne , des tonnes de produits et de matière diverses probablement imprégnés de cocaïne, des dizaines de bidons de produits chimiques, une dizaine d’armes à feu, 57 véhicules saisis dont plusieurs véhicules de luxe, des biens de luxe (sacs Louis Vuitton, Dior, montres Rolex et Bulgari), une importante quantité de pièces d’or, machine à compter l’argent, environ 1 million d’euros en cash et 300 m3 de tabac de contrebande. Nous avons également saisi du matériel de contremesures : matériel techniques, brouilleur, détecteur de balises, balises, des drones, moteur de propulsion de sous-marin pour la plongée.

Cette organisation criminelle brasse des sommes d’argent liquide considérables. Elle a recours à des sociétés belges et étrangères via des hommes de pailles ; elle utilise la corruption, les menaces et la violence, allant jusqu’au meurtre, pour arriver à ses fins. Ce groupe criminel fait usage des moyens de communication cryptés tels que Encrochat, Sky ECC, ainsi que d’autres techniques pour déjouer les moyens d’enquêtes policiers.

Chaque opération que nous menons, comme les quatre menées ces dernières semaines à Liège, au Limbourg, à Anvers, et aujourd’hui à Bruxelles, viennent confirmer nos constatations. Nous découvrons un nouveau monde criminel sur tout le territoire bruxellois qui jusqu’ici avait réussi à rester en grande partie discret. Nous mettons à jour des réseaux de criminalité organisée qui ont à leur disposition des moyens financiers et matériels considérables. Nous faisons face à une violence qui confine à la sauvagerie, à des criminels qui emploient des experts de haut vol pour blanchir des montants énormes dans des biens mobiliers, immobiliers, paradis fiscaux et cryptomonnaies.

20211026 SKYECC - 2

 

Eric Snoeck

Directeur général de la Police judiciaire fédérale

Il n’y a plus de doute : la criminalité organisée internationale voire mondiale est manifestement très bien implantée en Belgique.

Nous savions déjà que le port d’Anvers est le premier port européen d’importation de cocaïne, mais nous voyons maintenant clairement que les mafias sont actives dans l’ensemble du pays, et développent leurs activités à Bruxelles, dans le Limbourg, à Liège, à Charleroi, et ailleurs….

Depuis deux ans, ensemble avec le Parquet fédéral et la magistrature, dans le cadre de la politique du gouvernement fédéral, nous avons fait de la détection et de la lutte active contre la criminalité organisée une véritable priorité.

La masse de données recueillies grâce au décryptage de messages échangés via SKY ECC constitue une énorme opportunité dans ce contexte, une opportunité que nous exploitons désormais dans tous les quatorze arrondissements du pays.

Et nous obtenons des résultats. Nous avons ainsi mené pas moins d’une trentaine d’opérations de moyenne ou très grande envergure au cours des mois écoulés. A Anvers bien sûr, mais aussi de plus en plus ailleurs dans le pays.  

Depuis le début de l’année, la Police Judiciaire Fédérale traite 275 enquêtes dans le contexte du dossiers Sky ECC.

Nous avons procédé à 455 arrestations dans ce cadre et identifié pas loin de 2000 personnes dont nous suspectons qu’elles soient impliquées, de près ou de loin...

Par ailleurs, la criminalité organisée génère énormément d’argent. Voici dix ans, une saisie de 200 kilos de cocaïne était très significative. Aujourd’hui, les 77 tonnes de cocaïne saisies rien que cette année, représentent une valeur à la revente (et donc des gains criminels) de 4 milliards d’euros…

Dès lors, nous avons saisi de nombreux biens de luxe et des quantités impressionnantes d’argent cash, et identifié des réinvestissements effectués par le milieu criminel dans l’économie légale. Les résultats de l’opération d’aujourd’hui viennent se rajouter à ce bilan.

Ces opérations et résultats ont un coût. L’impact sur les capacités en personnel de la Police judiciaire fédérale et très important.

A l’échelle nationale, ce sont actuellement l’équivalent de plus de 500 membres de la PJF qui sont engagées dans ces enquêtes, soit plus d’1/5 de notre capacité d’enquête Et ce chiffre ne fait qu’augmenter de jour en jour.

A côté de la criminalité organisée active dans l’importation de la cocaïne dont il est question aujourd’hui, ce sera un véritable défi que de faire en sorte que la Police Judiciaire Fédérale continue à jouer son rôle central et spécialisé dans les autres priorités fixées par le gouvernement en matière de sécurité. Je pense notamment à la lutte contre le trafic des êtres humains, à la criminalité économique et financière, à la cybercriminalité, à la pornographie enfantine ou encore, bien sûr, le terrorisme. Dans ces domaines, des vies humaines sont en danger, sans compter l’impact sur notre économie ou sur la réputation internationale de notre pays.

 

20211026 SKYECC - 3

 

Frédéric Van Leeuw

Procureur fédéral

Un dossier comme celui de Sky ECC représente un défi inédit tant pour le Ministère public que pour la police, personne n’était prêt à gérer un projet de l’envergure de celui de Sky ECC et de ses très nombreuses ramifications. Pourtant nous sommes ici aujourd’hui pour témoigner de l’efficacité de nos initiatives. Pour cela, nous avons réfléchi ensemble, avec la Police Fédérale, à une manière efficiente et pragmatique d’aborder notre travail commun. Tant la police que le Ministère public dans son ensemble (5 procureurs généraux, le procureur fédéral, les 14 procureurs du Roi) se sont organisés pour définir des priorités afin de dégager des capacités nécessaires à l’exploitation des données mises au jour par Sky ECC. Compte tenu de la faiblesse des moyens disponibles, il a donc été nécessaire d’opérer des choix et d’établir des priorités : il a donc certains dossiers judiciaires et certaines matières qui ne peuvent plus être traités.

Il est pourtant urgent et indispensable de consacrer de gros moyens d’enquête aux dossiers liés à Sky ECC et de le faire rapidement pour éviter que les données recueillies ne perde de leur pertinence. Les faits révélés sont d’une dangerosité telle pour le vivre ensemble qu’il importe d’agir.

Etant entendu que la Belgique semble jouer un rôle central dans l’importation et la distribution de la cocaïne de toute l’Europe, notre responsabilité vis-à-vis des partenaires internationaux est importante.

Le présent dossier a reçu l’appui précieux d’Europol, d’Eurojust ainsi que de l’Allemagne et de l’Italie, pays avec lesquels une JIT (Joint Intervention Team) a été mise sur pied. Il est le fruit d’une collaboration efficace avec la France et la Suède.

 

20211026 SKYECC - 4

 

Eric Jacobs,

Directeur de la Police Fédérale Judiciaire de Bruxelles

 

 (32.800 heures de travail Plus de 1300 jours soit plus ou moins 20% de la capacité de la PJF de Bruxelles), en collaboration avec d’autres polices européennes (notamment l’Allemagne, la France et la Suède) ont permis l’identification de plusieurs laboratoires de conditionnement et d’extraction de cocaïne à Bruxelles, en Flandres et en Wallonie, ainsi que plusieurs dépôts clandestins de produits chimiques issus de ces laboratoires.

Ces investigations ont également permis d’identifier des réseaux d’importation de cocaïne par containers maritimes ou par jet privé depuis l’Amérique du Sud via les ports et aéroports européens, ainsi que des réseaux d’exportations vers l’Italie, l’Allemagne, la Suède, l’Angleterre, la France, les Pays-Bas et le Portugal. L’interpellation ce jour de personnes de nationalité colombienne a mis au jour sur notre territoire la présence de narcotrafiquants venus directement d’Amérique Latine.

Enfin, l’enquête a mis en exergue des filières de blanchiment via le recours à des structures commerciales nationales et internationales, notamment vers des paradis fiscaux. 

Avant l’opération de ce jour, ont été préalablement saisis dans le cadre de l’enquête plus de 350 kg de cocaïne (via l’arrestation de “courriers” et le démantèlement de laboratoires), 9 tonnes de cannabis, 32 tonnes d’engrais imprégné de cocaïne et plus de 2000 litres de déchets chimiques.

 

20211026 SKYECC - 5

 

Eric Snoeck

Directeur général de la Police judiciaire fédérale

Le combat contre ces formes de criminalité jamais vues doit se poursuivre dans les semaines et mois qui viennent.

Il nécessite, comme dans les autres pays européens, une Police Judiciaire Fédérale nationale, forte, efficace, qui s’adapte, spécialisée, bien équipée, en effectifs, en technologie et en capacité d’analyse.

Il nécessite aussi un arsenal législatif qui nous permette notamment de réaliser des interceptions de télécommunications, de manière proportionnelle et en donnant toutes les garanties requises en matière de protection de la vie privée.

Enfin, je veux publiquement saluer et remercier tous les collaborateurs de la Police Judiciaire Fédérale et de la Police Fédérale. Nos enquêteurs, nos membres des unités spéciales, nos services d’appui sont sous pression constante. Ils s’engagent aujourd’hui, et tous les jours, dans des conditions parfois difficiles, complexes voire dangereuses, pour la sécurité de notre pays et de nos concitoyens.

Autant de profils que nous cherchons toujours et encore à recruter : à nous de leur faire entendre qu’en choisissant une carrière au sein de la Police Judiciaire Fédérale, ils ont un rôle majeur à jouer dans la lutte contre la criminalité organisée.

 

 

Annexe :

 

SKY ECC : les chiffres actualisés de la Police judiciaire fédérale

  • Nombre de dossiers liés à SKY ECC :              275

 

    • Dont 79 dossiers enrichis à cause des données provenant du dossier  SKY ECC 
      • Dont 46 concernant trafic de drogues (cocaïne) ou + 58 %
      • Dont 20 concernant la violence liée au trafic de drogues ou +25 %

 

    • Dont 196 nouveaux dossiers liés à SKY ECC 
      • Dont 118 concernant trafic de drogues (cocaïne) ou +60 %
      • Dont 33 concernant l’écofin liée au trafic de drogues ou +16 %

 

  • Nombre de personnes arrêtées dans ces dossiers : 455
    • Dont 361 personnes dans les dossiers enrichis avec SKY ECC  ou +79 %
      • Dont 317 liées au trafic de drogues ou + 87 %
      • Dont 25 liées au violence dans le contexte trafic de drogues ou +7 %

 

    • Dont 94 personnes dans les nouveaux dossiers émanant de SKY ECC  ou +/- 30 %
      • Dont 23 liées au trafic de drogues ou + 24 %
      • Dont 12 liées au ecofin liée au trafic ou +12 %
      • Dont 27 liées au ICT lié au trafic ou +28 %

 

  • Saisies des biens /argents/objets de luxe/voitures:  40.235.484 €
    • Lors des enquêtes à ANVERS, BRUXELLES,HALLE-VILVORDE,LIMBOURG, FLANDE ORIENTALE, FLANDRE OCCIDENTALE et LUXEMBOURG.

 

  • Investissement humain de la Police judiciaire fédérale :

 

    • Enquête : 498.968 heures prestées
    • Intel : 117.627 heures prestées

 

      • Au total donc : 616.595 ou + 493 FTE  

 

20211026 SKYECC - 6

 

20211026 SKYECC - 7