La Police Fédérale et la douane renforcent la coopération avec la Colombie et le Brésil dans la lutte contre le trafic de drogues

BRUXELLES, 13/06/2019. - Du 2 au 13 juin, une délégation commune de la Police Fédérale et la douane a effectué une visite de travail au Brésil et en Colombie, les deux principaux pays de transit dans le cadre du trafic de cocaïne via le port d’Anvers. De nouvelles initiatives concrètes y ont été prises afin de lutter contre le trafic de drogues. Cette visite s’inscrit dans les priorités de la Police Fédérale, qui est compétente et responsable en matière de coopération policière internationale au sein de la police belge.

 

Objectif de la mission

Cette mission commune, dirigée par le commissaire général Marc De Mesmaeker et l’administrateur général Kristiaan Vanderwaeren, souligne l’importance d’une approche commune dans la lutte contre le trafic de drogues, à l’instar du Stroomplan, qui s’inscrit dans la même philosophie : une coopération plus intense entre tous les services concernés.

« La coopération internationale constitue l’une de mes quatre priorités et cette visite m’a encore davantage convaincu de son importance : eu égard aux conditions géographiques et économiques spécifiques dans lesquelles le port d’Anvers opère, la lutte contre le trafic de drogues ne peut être couronnée de succès que si nous investissons dans la coopération avec les pays d’origine et de transit. Nous devons donc nous engager pleinement dans cette voie », déclare Marc De Mesmaeker.

Cette coopération policière nécessite dès lors une approche uniforme et cohérente. C’est pourquoi la coopération entre la Police Fédérale belge, la douane et leurs homologues dans les pays concernés s’est intensifiée ces derniers mois.

La Police Fédérale et la douane belge souhaitent augmenter leurs possibilités de saisir dans les pays mêmes la cocaïne à destination d’Anvers. L’échange d’informations et la coopération avec le Brésil et la Colombie dans le cadre des enquêtes sur les organisations criminelles sous-jacentes vont également être optimalisés. En 2018, les services de police d’Amérique du Sud ont déjà saisi plus de 50 tonnes de cocaïne qui devaient être acheminées vers Anvers.

Les policiers belges et brésiliens collaborent étroitement

Au Brésil, la délégation s’est entretenue avec le ministre de la Justice et de la Sécurité, et le directeur de la Police Fédérale brésilienne. Ils ont loué l’excellente coopération actuelle avec la Police Fédérale belge. Outre les accords déjà conclus, il a été convenu de concrétiser davantage encore la coopération.

Un analyste criminel opérationnel de la PJF d’Anvers sera mis à disposition afin d’effectuer une vérification croisée des informations dans le cadre des dossiers communs impliquant la Belgique, les Pays-Bas et le Brésil, et d’analyser ces informations à la lumière d’éventuelles enquêtes subséquentes communes. Un membre de la brigade anti-narcotique de la police brésilienne sera également mis à la disposition de la Police Fédérale pendant un mois.

De nouveaux accords

En Colombie, la Police Fédérale s’est longuement entretenue avec le directeur général de la police colombienne et son directeur anti-narcotique. Un nouveau memorandum of understanding sera négocié avec la police colombienne. À cet égard, l’accent sera également mis sur l’échange de bonnes pratiques entre la Belgique et la Colombie dans le cadre de la lutte contre le trafic de cocaïne.

L’administrateur général Kristian Vanderwaeren et l’administration des douanes colombienne se sont penchés sur la question d’une coopération optimale, qui sera déterminée dans un memorandum of understanding. Les deux administrations souhaitent investir pleinement dans l’innovation technologique et le recours à l’intelligence artificielle dans le processus de contrôle qu’ils développeront conjointement.

En fin, un accord final de coopération renforcée a été conclu entre les autorités douanières belges et la Receita Federal brésilienne.

Les ports comme source d'inspiration

L'attention de la délégation belge a également été attirée sur le partenariat public-privé d'une grande portée et réussi dans le port brésilien de Santos, où le scanning à 100% des conteneurs, l'analyse des risques et autres mesures de sécurité font partie intégrante du modèle commercial des terminaux portuaires. Les outils novateurs de gestion et de contrôle des frontières à l'aéroport de Sao Paulo, basés sur la reconnaissance faciale et le partage d'informations entre la police, les douanes et les autorités fiscales, ont impressionné.

En outre, les ports de Carthagène et de Santa Marta ont été visités pour voir comment la cocaïne est introduite en contrebande et quelles formes de coopération (public-privé) doivent être développées davantage. L'administrateur général Kristiaan Vanderwaeren a discuté avec l'administration douanière colombienne de l'optimisation de la coopération, qui est également incluse dans un protocole d'accord. Après tout, les deux administrations veulent consacrer beaucoup d'efforts à l'innovation technologique et à l'utilisation de l'intelligence artificielle dans le processus de contrôle qu'elles vont développer ensemble.

---------------------------------------------------
La délégation belge de la Police Fédérale se composait du commissaire général, Marc De Mesmaeker, du directeur de la coopération policière internationale, Peter De Buysscher, et du directeur de la Police Judiciaire Fédérale d’Anvers, Stanny De Vlieger.