La lutte contre les organisations criminelles albanaises au centre d’un meeting

BRUXELLES, 29/11/2019. - La lutte contre les organisations criminelles - et notamment l’impact permanent et international des activités criminelles de la mafia albanaise - constitue une des priorités de la Police Fédérale et du parquet fédéral. Dans ce cadre, le directeur général de la Direction générale de la police judiciaire, Éric Snoeck, le directeur judiciaire d’Anvers, Stanny De Vlieger et le directeur judiciaire de Mons-Tournai, François Farcy ont organisé un meeting à Anvers ces 28 et 29 novembre.

Des experts policiers et douaniers venus des services d’analyse d’Europol, des différents pays-membres d’Europol et de pays tiers – parmi lesquels l’Italie, la France, les Pays-Bas, la Grande Bretagne, l’Allemagne, l’Espagne, la Suède, la Norvège et même l’Australie - étaient réunis ce jeudi et ce vendredi à Anvers. Une minute de silence en hommage aux victimes du tremblement de terre qui a durement touché l’Albanie a précédé la séance de travail. Le meeting s’est tenu grâce au support d’Europol et au projet Europol @ON pour la lutte contre les organisations criminelles de type mafieux piloté par la DIA italienne. Ce rendez-vous a permis aux participants d’échanger leurs expériences et connaissances avec leurs collègues de la Police Judiciaire Fédérale en présence du procureur fédéral et de plusieurs magistrats.

La lutte contre les organisations criminelles constitue une des priorités de la Direction générale de la police judiciaire et du parquet fédéral. Le diagnostic en Belgique et dans de nombreux pays européens montre une omniprésence des groupes criminels et des clans albanophones dans presque tous les domaines de la criminalité organisée : trafic de drogues (cocaïne, héroïne, cannabis), plantations de cannabis, traite des êtres humains (immigration clandestine et prostitution), vols organisés, blanchiment,…

Une menace permanente
Spécifiquement, l’activité des clans albanais dans le trafic international de cocaïne dans et en liaison avec le port d’Anvers constitue une menace permanente notamment dans la lutte de « territoire » que se livrent ces derniers temps différentes organisations criminelles pour le contrôle du trafic ou de certaines activités (commanditaires, rip off, transports, …).

« Avec une expérience de vingt ans dans la lutte contre la mafia albanaise en Belgique et un focus particulier sur le rôle de celle-ci dans le trafic de cocaïne dans le port d’Anvers, la Police Fédérale belge était un endroit tout désigné pour accueillir ses homologues confrontés à travers toute l’Europe aux activités criminelles croissantes de cette réelle mafia dont sa population reste malheureusement souvent la première victime », termine le Directeur judiciaire de la Police Judiciaire Fédérale de Mons-Tournai, le commissaire divisionnaire François Farcy.