Action « Distraction au volant » : 2 445 infractions constatées et 503 retraits de permis

Le mardi 17 et le mercredi 18 mai, la Police Fédérale de la Route et 110 zones de la Police Locale des quatre coins du pays ont organisé des contrôles ciblant la distraction au volant. L'utilisation du GSM et d'autres formes de distraction constituent en effet un grand danger dans la circulation. Les équipes de police participant à cette première action nationale ont constaté en tout 2 445 infractions et procédé à 503 retraits de permis.
 

Durant 48 heures, la Police Fédérale de la Route et 110 zones de la Police Locale ont mené des actions de contrôle dans toute la Belgique. But de cette opération ? Lutter contre la distraction au volant, un phénomène qui serait à l'origine d'un quart des accidents de la route.
 
Au total, 2 445 infractions ont été constatées. 2 331 d'entre elles concernaient l'usage du GSM au volant, et 114 d'autres formes de distraction. Dans certains arrondissements, le parquet a ordonné le retrait immédiat du permis des contrevenants. 503 conducteurs sont concernés par cette mesure.
 
Le mardi 17 mai, la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden s'est rendue sur le terrain à Wetteren, le long de l'autoroute E40, afin d'assister à un contrôle. Lors de sa visite, plusieurs automobilistes et chauffeurs de poids lourds ont été verbalisés et écartés de la circulation. « Malgré la majoration des amendes, de nombreux conducteurs continuent à ne pas respecter l'interdiction de l'usage du GSM au volant, notamment. C'est pourquoi la Police Locale et la Police Fédérale se sont associées, pour la première fois, afin d'organiser une action nationale de grande envergure dédiée à cette problématique. En misant à la fois sur la sensibilisation et la répression, nous espérons susciter un changement de mentalité. Et sauver des vies. »
 
Le commissaire divisionnaire Koen Ricour, directeur de la Police Fédérale de la Route, insiste sur l'importance de ce type d'action : « La société et les technologies évoluent avec les dérives qui peuvent en découler. Avec cette action au niveau de la Police Intégrée, nous montrons que la police n'est pas en reste et que nous nous adaptons aux phénomènes accidentogènes. La distraction au volant est à l'origine de nombreux accidents. Par cette action, qui allie sensibilisation et répression, nous souhaitons faire prendre conscience aux usagers de la route des risques qu'ils prennent à la fois pour eux et pour autres. »
 
Pour pouvoir mettre en œuvre cette première action, qui était organisée sur l'entièreté du territoire, la Police Fédérale de la Route a sollicité l'appui de la Police Locale. Pas moins de 110 zones de police ont répondu présent et ont organisé des contrôles sur leur terrain d'action. Selon le premier commissaire divisionnaire Nicholas Paelinck, président de la Commission permanente de la Police Locale et chef de corps de la zone de police Westkust,  « La vocation de la police est de servir et de protéger les citoyens. Avec ces actions, nous visons avant tout la prévention. Il faut être prêt. Régler votre GPS, enlever votre manteau, vous coiffer, déjeuner ou envoyer un SMS sont autant de choses que vous devez faire avant de partir. Cette minute est toujours gagnante. Malheureusement, les actions montrent que cela ne suffit pas et que nous devons également prendre des mesures répressives en sanctionnant les comportements à risque. »