Direction d'appui aérien

La Direction d'appui aérien offre un appui spécialisé aux services de police, ce qui permet un développement meilleur et plus efficace des fonctions de police. Cet appui est également offert aux services de sécurité civile.

La Direction d'appui aérien est engagée dans divers domaines, dont :

  • La gestion d'événements "confus" (embouteillages, collisions en chaîne, chutes d'avion, rassemblements de foules, compétitions sportives d'envergure, etc.).
  • La recherche de personnes disparues ou d'objets.
  • La poursuite et l'interception de suspects.
  • La recherche et/ou la constatation d'infractions (évacuations illégales, dépôts clandestins, laboratoires clandestins, etc.).
  • La protection de personnes et de biens (protection des transports de fonds, protection des VIP, etc.).
  • Les interventions spécialisées (appui aux unités spéciales).
  • La transmission d'images vidéo via des postes fixes ou mobiles.
  • Les missions d'appui à la Nation (incendies, catastrophes, etc.).

Historique

1953

La Gendarmerie effectue ses premières opérations aériennes grâce au concours de l'aviation légère de la force terrestre. Ces opérations sont effectuées à bord d'un Auster VI et plus tard d'un Piper Cub L18C. Elles visent initialement la surveillance de la circulation routière mais sont rapidement étendues à d'autres domaines: événements sportifs, ordre public, etc.

1968

La Gendarmerie acquiert ses premiers hélicoptères, des Alouettes II. Ces appareils sont principalement dédiés à l'observation aérienne et au recueil d'informations.

1973

La Gendarmerie prend possession de son premier hélicoptère PUMA SA330, destiné au transport de personnes et de matériel, mais aussi à l'évacuation médicale, la lutte contre les incendies, la prise et transmission d'images et l'appui à l'Escadron Spécial d'Intervention (ESI).

La flotte de la Gendarmerie s'étendra au fil des ans à cinq Alouette II et trois Puma SA330

1993

Le Détachement d'appui aérien est créé au sein de la Gendarmerie et s'installe en octobre 1993 au sein de bâtiments mis à sa disposition par la Force aérienne à Melsbroek.

L'implantation du détachement appui aérien à Melsbroek va permettre à la Gendarmerie la mise en service d'avions de type léger. Les avions légers volent de manière plus économique et disposent d'une autonomie plus étendue que les hélicoptères. Ces derniers offrent quant à eux d'autres avantages, notamment lorsqu'il s'agit de certaines interventions par les Unités Spéciales.

Le 16 novembre 1993, les Puma et Alouette reçoivent le renfort d'un Britten Norman Islander. Trois Cessna 182 viennent ensuite compléter la flotte. Aussi bien le Britten Norman que les Cessna peuvent voler de nuit et par des conditions climatiques relativement mauvaises. Ils rendent des services inestimables au détachement appui aérien, que ce soit pour le suivi et la régulation du trafic, les rassemblements de foules, la recherche de personnes disparues, la constatation d'infractions à la législation sur le respect de l'environnement, etc.

Au milieu des années 90, il est devenu évident que, vu leur âge avancé, les Puma et les Alouette doivent être remplacés. Le déclassement d'un premier Puma et un crash avec un second à Lyon ont en effet laissé la Gendarmerie avec un seul hélicoptère bi-turbine. Or, pour des raisons de sécurité, il est exigé d'être équipé de deux moteurs pour pouvoir voler au-dessus des grandes agglomérations.

1997

Le premier MD900 (G10) entre le 21 janvier en service au sein du détachement d'appui aérien. Cette plateforme multi-usage est amenée à devenir le cheval de bataille du service. Equipé d'un système de caméra et de transmission d'images performant, son efficacité sera particulièrement mise en valeur lors de l'Euro 2000.

Le G10 est rejoint quelques temps plus tard par deux appareils similaires (G11 et G12).

1999

Les dernières Alouette II, qui ont rendu de bons et loyaux services durant trente ans, sont démobilisées et remplacées par deux nouveaux hélicoptères MD520N qui, comme les MD900, sont équipés du système NOTAR (NO TAil Rotor).

2001

La réforme des services de police entraîne la disparition de la Gendarmerie, et le transfert du détachement d'appui aérien vers la police fédérale nouvellement créée.

2003

Le détachement connaît la page la plus noire de son histoire, avec le décès de deux de ses membres lors du crash à l'atterrissage à Melsbroek du Cessna G03.

2010

Un MD902 (G16) vient compléter les rangs du détachement, et permet ainsi à ses aînés G10, G11 et G12 de subir d'importants travaux garantissant une extension de leur durée de vie opérationnelle (Mid life Update - MLU). La dernière MLU (G12) devrait être terminée en 2014.

2015

En décembre, la Directie d'appui aérien fait usage d'un premier drone policier. Deux pilotes sont formés à cet effet. DAFA va progressivement engager cet appareil, initialement pour la photogrammétrie à la Police de la route et pour la Cellule des Personnes disparues.