Je suis victime d'un mariage forcé ou d'une violence liée à l'honneur

Contact :

zp.monsquevy.sav@police.belgium.eu

Tél: 065/97.91.41

!!! Dire "non" est un droit !!!

Télécharger notre brochure:

1. La loi te protège, tu as des droits

  • Si on te contraint à te marier par des pressions psychologiques ou des violences physiques.
  • Si tu est obligé(e) d'épouser quelqu'un que tu n'as pas choisi, il s'agit d'un mariage forcé.
  • Si tes parents organisent ton mariage avec quelqu'un en te laissant la décision finale, il s'agit d'un mariage arrangé.

Le mariage forcé est puni par la Loi, article 391 sexies du Code pénal:

"Toute personne qui, par des violences ou des menaces, aura contraint quelqu'un à contracter un mariage sera punie d'un emprisonnement d'un mois à deux ans ou d'une amende de 100 à 500 euros. La tentative est punie de 15 jours à un an ou d'une amende de 50 à 250 euros."

"Il n'y a pas de mariage lorsqu'il n'y a pas de consentement" article 146 du Code civil belge.

"Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux" article 16(2) de la Déclaration des Droits de l'Homme.

Les traditions qui enferment et empêchent ton émancipation individuelle sont contraires aux droits humains.

Une tradition ne doit jamais être une violence que l'on inflige.

Le mariage forcé est une union où l'un des deux conjoints ou les deux sont obligés d'épouser quelqu'un qu'il n'a pas choisi. La situation présente souvent des pressions, des violences, de la séquestration, une confiscation des papiers d'identité,...

Il est à distinguer du mariage simulé ou blanc dont l'union répond à d'autres motifs que l'envie de vivre ensemble (permis de séjour, autoorisation de résidence,...) et représente un arrangement entre les personnes. Le mariage est appelé gris si une des parties est flouée. Ceux-ci sont interdits par la loi.

Le mariage arrangé est une union dans laquelle les familles ont un rôle central dans le choix des époux mais où la décision finale est prise par les époux (autrefois courant).

  • Si on te parle de rencontrer quelqu'un en vacances dans le pays d'origine de tes parents,
  • Si on te dit que les études ne sont pas nécessaires,
  • Si on t'empêche de profiter des loisirs, de communiquer,
  • Si on surveille étroitement tes connaissances et tes amis,
  • Si on insiste sur l'importance de ta virginité,

Sache que des femmes et des hommes se battent avec toi pour que tu sois respecté,

Sache que tu peux demander de l'aide (que tu sois belge ou d'origine étrangère),

Sache que tu peux dire "non" à l'Officier de l'Etat Civil lors du mariage à l'administration communale,

Sache que tu peux dissoudre un mariage contracté contre ta volonté,

Sache qu'une religion n'impose pas le mariage forcé, ce sont les traditions qui s'en chargent,

Sache qu'en Belgique, seul le mariage civil est reconnu et qu'il est indispensable d'avoir 18 ans pour se marier,

Sache que le mariage religieux ne peut avoir lieu qu'après le mariage civil à la maison communale...

2. Des témoignages

(Issus du Guide du respect - "Ni putes ni soumises" édition belge - Le cherche midi)

Sabrina: "Cette pression, je ne la supporte plus; je sais que je vais me marier, dans quelques mois, avec un homme qu'on m'a imposé. Je fais des efforts pour ma mère, la pauvre, elle ne supporterait pas l'annulation du mariage. La nuit de noce me fait peur..."

Karim: "J'ai 28 ans, célibataire, mes parents me posent des questions sur mon avenir. Cela fait des années que je subis la pression familiale. Cela me prend tellement la tête que je vais finir par accepter cet arrangement. Pour eux, c'est la honte d'avoir un fils aîné seul, il est temps que je me marie et fonde un foyer."

Une anonyme: "La pression était tellement forte que ce mariage a eu lieu; j'ai parlé avec cet homme qu'on m'a imposé. Il m'a promis qu'il me laisserait tranquille, pas de rapports sexuels. Qu'on prendrait le temps de se connaître. Il a menti, je me suis sentie salie au plus profond de mon âme. J'ai fini par partir loin de tout ça, sans donner de nouvelles..."

3. Les traditions et l'honneur

Tu aimes ta famille mais elle ne doit pas tout décider pour toi.
Tu peux la respecter tout en développant ton propre jugement.
Les femmes ont des droits comme les hommes, elles disposent de leur corps au même titre que les hommes.

La notion d'honneur est toujours exprimée dans le cas de mariage forcé.
C'est au nom de l'honneur que la famille et la communauté peuvent exercer un contrôle permanent du comportement d'un des membres.

Comportement des auteurs:

  • Endoctrinement et contrôle de la victime.
  • Justifications verbales: tout est lié à la notion d'honneur.
  • Surveillance accrue (aucun loisir) et enfermement de la victime (sorties strictement interdites).
  • Agressions verbales: menaces, chantage, manipulations, insultes, ragots, calomnies, railleries, dénigrement, asservissement des filles, menaces de mort,...
  • Agressions physiques: coups, séquestration, renvoi dans le payes d'origine, confiscation des papiers d'identité,...
  • Crime d'honneur: justifié par la nécessité de réparer l'honneur de la famille. Ceci permet de garder les traditions qui sécurisent et restaure l'estime de la communauté.

Comportement de la victime:

  • Soumission et infantilisation
  • Difficultés à prendre des initiatives
  • Impression d'être différent et perte de confiance en soi
  • Fatalisme et comportements dépressifs
  • Difficultés pour poursuivre une scolarité normale et sentiement de décalage par rapport aux jeunes du pays...

Rétablir l'honneur dans la violence et même dans le crime existe. Il s'agit du crime dit d'honneur. Celui-ci est poursuivi et puni gravement (souviens-toi des peines infligées à la famille de Sadia pour son assassinat à Charleroi!)

L'escalade dans le contrôle de la victime:

Dès les premières réactions d'opposition de la victime, un durcissement apparait avec menaces, chantages, surveillances accrues,... Si la rébellion continue associée à une demande d'aide ou à la présence d'un petit ami non accepté, la victime est souvent séquestrée, envoyée dans le pays d'origine familiale, on célèbre parfois le mariage religieux.

Si la victime s'oppose encore, la famille décidera du crime d'honneur exécuté par les mâles du clan.

Quelles sont les cause des violences liées à l'honneur?

  • Comportement jugé inadéquat (ex: trop occidentalisé)
  • Relations amoureuses ou rapports sexuels avant le mariage (ex: perte de la virginité)
  • Relations extraconjugales
  • Désir de mariage hors communauté et hors religion familiale
  • Refus d'accepter le mariage arrangé de la famille
  • Grossesse hors mariage
  • Opposition aux règles (moeurs et coutumes) de la famille

4. Que faire? Qui appeler?

En cas de risque de mariage forcé, cache tes papiers, fais-en des photocopies, alerte un maximum de gens.

N'hésite pas à parler au Directeur de ton école, mais aussi aux professeurs et au PMS.

N'hésite pas à téléphoner à la police via le 101 qui te redirigera vers le service de police de la région où tu habites. La police dispose d'un service d'assistance aux victimes qui pourra t'écouter et t'aider dans tes démarches.

A Mons:

Centre Public d'Action Sociale (CPAS), pour un hébergement temporaire:
Tél: 065/397.270

S.O.S. Enfants Mons-Borinage, maltraitance de mineur:
Adresse: Rue des Ecoliers 23, 7000 Mons
Tél: 065/361.136

Quand: Permanence du lundi au vendredi de 8h30 à 17h

Centre Psycho-Médico-Social (PMS):
Pour l'enseignement libre: 065/337.085
Pour l'enseignement provincial: 065/394.170
Pour l'enseignement de la Communauté française: 065/848.014
Pour les étudiants de l'enseignement supérieur ou de l'université, n'hésitez pas à demander de l'aide à l'assistance sociale du Conseil Social de l'établissment.

La commission de lutte contre les violences intrafamiliales du service de prévention de la Ville de Mons:

Adresse: Grand Rue 67-69, 7000 Mons

Tél: 065/405.149

Dire "non" est un droit! Je peux m'opposer.

Vous n'avez pas trouvé de réponse à votre question? Contactez-nous via le formulaire de contact ou par téléphone au 065979000.