Aller au contenu principal
Appelez le 101 pour une assistance policière urgente. Pas d'urgence? Appelez le 065979000.
commissariat de police mons quévy

Dernières actualités

Sur la vidéo, retrouvez notre Chef de Corps, Marc Garin en compagnie d’un collaborateur moniteur de la violence et spécialiste du Taser

Le Taser en test pendant un an !

Dès la mi-mai et pour une période d’un an, la Zone de Police Mons/Quévy s’inscrit dans une période de test du pistolet à impulsion électrique (Taser) avec 14 autres zones de police du pays. Concrètement, 26 policiers formés pourront porter cette nouvelle arme.

Pourquoi un Taser ?

Collaborant régulièrement avec la Gendarmerie Française d’Avesnes-sur-Helpe, les policiers ont pu découvrir la réelle plus-value du Taser qui équipe toutes les unités de la Gendarmerie Française.
Le Ministre de l’Intérieur a ensuite été sollicité par les zones de police locale afin de réaliser un test du matériel au sein de 15 zones de Police du pays en vue de l’acquérir définitivement.

Au ceinturon des policiers, se trouvent actuellement différentes armes : arme à feu, matraque métallique télescopique, spray au poivre. Celles-ci ne permettant cependant pas d’immobiliser totalement une
personne. Le Taser permet de combler le déficit actuel à pouvoir neutraliser une personne sans lui faire de mal.

Il est important de noter que le pistolet à impulsion électrique est soumis à la loi sur la légitime défense. Il s’agit d’une arme non létale (arme qui n’est pas conçue pour tuer ou blesser lourdement).

Une graduation est appliquée dans les gestes posés.

1. Sa présence au ceinturon du policier est très vite remarquée grâce à sa couleur jaune. L’effet dissuasif peut donc être déjà suffisant dans certains cas. Il ne peut pas non plus être confondu avec une arme à feu.
2. Dégainer simplement le Taser.

3. Dégainer, faire grésiller le Taser avec les pointeurs rouges (laser) dirigés vers la cible

4. Si la personne vient au contact physique, le pistolet à impulsion électrique peut être utilisé à bout
touchant.

5. En dernière solution, deux dards sont envoyés sur la personne ciblée. Ils transmettent une décharge de 21 milliampères. Ce tir entraîne une neutralisation complète de la personne ciblée. Les policiers peuvent dès lors intervenir (soutenir la personne dans sa chute et la menotter).

Dans quel cas sera-t-il utilisé ?

Tous les policiers formés et en mission dans un service amenant à rencontrer une situation problématique ou un différent dans l’exercice de leurs missions pourront être en possession du Taser. Cela concerne les
missions d’intervention, les soirées festives, un événement de grande ampleur…

Le Taser ne sera utilisé que par des policiers spécifiquement formés à son utilisation. De plus, chaque
utilisation fera l’objet d’un rapport circonstancié et d’un procès-verbal.

En conclusion, le Taser sera testé pendant un an dans 15 zones de Police belges. Une évaluation complète permettra ensuite de prendre une décision quant à une utilisation définitive du pistolet à impulsion
électrique